Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Saint du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 4 Novembre: Saint Charles Borromée   Mar 4 Nov 2008 - 6:42

SERMON de saint Charles Borromée

En visitant les fidèles de Rome par sa lettre, l’Apôtre Paul les avertissait d’abord de se convaincre qu’ils étaient faibles et endormis et ensuite, de bien comprendre ce qu’ils auraient à faire. " L’heure est venue de sortir du sommeil. " Nous aussi, frères très chers, nous sommes venus parmi vous pour vous tirer du sommeil, pour vous guérir de votre léthargie autant que le Seigneur nous l’accordera. C’est pourquoi empruntant les paroles de l’Apôtre, nous pensons que deux choses sont requises de vous : que vous soyez d’abord conscients que vous dormez ; et puis, que l’heure est venue de vous réveiller. Profitez de cette heure, frères très chers, car il ne vous en sera sans doute pas accordé une autre. L’Apôtre ne défend pas le sommeil du corps que la nature nous accorde pour reprendre des forces ; il parle ici du sommeil de l’âme qui est funeste, lui, et qu’elle doit secouer.
En toute vérité, le pécheur est un homme qui dort et qui dort profondément. Que cette torpeur est donc grave ! Le bateau qui portait Jonas était secoué par la mer en furie. Tout le monde s’agitait, criait, se lamentait. Au milieu de ce bouleversement, seul, Jonas, qui fuyait la face de Dieu après avoir désobéi à ses ordres, dormait, sans souci, dans un coin du vaisseau... Quel grand obstacle notre somnolence n’a-t-elle pas été pour le salut de l’univers entier ! Si les montagnes qui nous entourent, les vastes régions et les provinces qui ont erré dans la foi pouvaient parler, nous les entendrions crier certainement ; l’ennemi est venu pendant que nous dormions et il a semé la mauvaise graine dans notre champ. Soyons donc vigilants, frères, et ne permettons pas à nos yeux de céder à ce sommeil.
Courage donc, mes fils très chers. Si jusqu’à présent il y en avait parmi vous qui dormaient, qu’ils ouvrent les yeux et se secouent de leur torpeur. Le temps est venu. La longue nuit s’achève et le jour pointe. Allez-vous continuer à joindre le jour à la nuit comme les loirs ou les taupes ? Songez que ceux qui dorment l’été se condamnent à souffrir la faim en hiver, et que ceux qui ne travaillent pas dans le siècle présent se préparent une moisson de tourments dans le siècle à venir. Voici le jour favorable. En ce jour, Dieu nous a envoyé vers vous pour faire tomber les écailles de vos yeux et pour que nous vous aidions à vous lever. Levez-vous, levez-vous vite et soyez vigilants le temps de cette vie, pour jouir du repos sans fin.
Source : clerus.org

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 8 Novembre : Bienheureuse Élisabeth de la Trinité   Ven 7 Nov 2008 - 18:03

Poésie
« Tout restaurer dans le Christ »
Pour le 15 juin 1904 (1)

Mère t’en souvient-il ? En sa belle encyclique
Le Souverain Pontife exprimait un désir,(3)
Mon cœur l’a recueilli comme une fleur mystique,
Et voici qu’aujourd’hui je voudrais te l’offrir.
Oui je rêvais vraiment qu’en moi se réalise
Le souhait si divin de notre doux pasteur,
Et j’avais pour cela pris sa grande devise :
« Tout restaurer en toi, mon Christ et mon Sauveur. »

Ce programme si beau, dicté par la Sagesse,
Est celui de Dieu même en son éternité.
Saint Paul dans ses écrits le répète sans cesse,
C’est le trop « grand amour », l’excès de charité,
Ecoutons-le parler, faisons un peu silence,
O Mère, il vous dira le « décret solennel » :
« Pour que nous fussions purs et saints en sa présence,
Dieu nous élut en Lui d’un vouloir éternel. »

Mais nous avons péché, grande est notre misère.
Qu’allons-nous devenir si Dieu ne vient à nous ?
« Riche en Miséricorde », il reste notre Père,
La prière du Christ apaise son courroux,
« Et pour faire éclater la gloire de sa grâce,
Il nous justifia par la rédemption. »
Désormais nous pourrons voir l’éclat de sa Face
Car il nous a nommés ses « fils d’adoption ».

Enfin, pour accomplir sa volonté suprême,
« Restaurons dans le Christ la terre et les Cieux, »
Le Ciel, il est en nous, et l’Esprit Saint Lui-même
Veut le renouveler en l’ardeur de ses feux.
Puis restaurons aussi le Royaume de France,
Offrons « le Sang du Juste », Il est notre rançon,
Par lui nous obtiendrons la paix, la délivrance,
Et Dieu prononcera le suprême pardon.

« O Père, c’est pour eux que je me sanctifie. »
Tel est de Jésus-Christ le dernier chant d’amour.
Recueillons sa prière, elle est source de vie,
Et faisons-la monter jusqu’à Dieu nuit et jour.
A l’heure décisive où tout doit disparaître,
Je voudrais répéter cet hymne de l’Epoux :
« Je vous ai fait aimer, je vous ai fait connaître,
J’ai consommé votre œuvre, ô Dieu je viens à vous. »

« Il nous a transféré, dit encore l’Apôtre,
Des ombres de la mort au royaume éternel. »
« L’héritage des Saints » est devenu nôtre,
Et nous sommes déjà de la cité du Ciel. »
Telle est notre grandeur, telle est notre richesse
Car « nous sommes au Christ et le Christ est à Dieu. »
Pour son immense amour bénissons-le sans cesse,
Chantons à sa louange un hymne glorieux.

Bienheureuse Elisabeth de la Trinité

Note 1 extrait : Cette première « encyclique » du nouveau Pape Pie X ayant été promulguée le 4 octobre 1903.
Note 3 extrait : « Nous déclarons que notre but unique dans l’exercice du Suprême Pontificat est de tout restaurer dans le Christ afin que le Christ soit tout en tous. (…)

Source: Extrait des Œuvres Complètes de Sainte Elisabeth de la Trinité
Dans « Poésies », Editions du Cerf avril 2002

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 10 novembre : Saint Léon le Grand   Lun 10 Nov 2008 - 12:31

Sermon sur les Béatitudes (P. Roguet)
La pureté du cœur et la paix.


C'est à juste titre que la béatitude de voir Dieu est promise à la pureté du cœur. En effet, un regard souillé ne pourra pas voir la splendeur de la vraie lumière et ce qui sera la joie des âmes limpides sera le châtiment des âmes boueuses. Il faut donc détourner ses yeux des vanités terrestres qui les obscurcissent et nettoyer notre œil intérieur de toute souillure d'iniquité; c'est ainsi qu'un regard paisible se rassasiera de l'incomparable vision de Dieu.
Nous avons compris que la béatitude suivante nous enseigne comment mériter cela: Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Cette béatitude, mes bien-aimés, ne vient pas d'une entente banale ou d'une concorde quelconque, mais de celle dont l'Apôtre dit: Soyez en paix avec Dieu. Et le prophète David: Grande est la paix des amis de ta loi; pour eux, plus d'obstacle.

Même une amitié très étroite, même une parfaite unité d'esprit ne peuvent véritablement prétendre à cette paix, s'il n'y a pas accord avec la volonté de Dieu. On ne peut reconnaître la dignité de cette paix à une communauté de désirs malhonnêtes, à des complicités criminelles ou à des pactes conclus pour le vice. L'amour du monde n'est pas compatible avec l'amour de Dieu, et il ne peut entrer dans la société des fils de Dieu, celui qui ne brise pas avec son origine charnelle. Mais ceux dont l'âme est toujours unie à Dieu ont à cœur de garder l'unité de l'esprit par le lien de la paix; ils ne s'écartent jamais de la loi éternelle, disant dans une prière pleine de foi: Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Les voilà, les pacifiques; les voilà, ceux qui sont unanimes dans le bien, qui ont un même cœur dans la sainteté, qui doivent être appelés éternellement fils de Dieu, héritiers avec le Christ. L'amour de Dieu et l'amour du prochain leur obtiendra de ne plus ressentir aucune opposition, de ne craindre aucun scandale ; mais, une fois terminé le combat de toutes les tentations, de se reposer dans la paix infiniment tranquille, la paix de Dieu, par notre Seigneur qui, avec le Père et l'Esprit Saint, vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.

Source : gabriellaroma.unblog.fr

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 11 novembre : Saint Martin de Tours   Mar 11 Nov 2008 - 10:28

PRIERE

Bienheureux Martin, nous venons à toi.
Soldat de Dieu, Apôtre du Christ, Témoin de son Evangile
et Pasteur de son Eglise, nous te prions:
Tu étais présent à Dieu dans le grand silence des nuits solitaires,
donne-nous de lui rester fidèles dans la foi et la prière.
Catéchumène, tu donnas au mendiant la moitié de ton manteau,
aide-nous à partager avec nos frères.
A travers champs et bois tu as défié le démon et détruit ses idoles,
prends-nous en ta garde et protège-nous du mal.
Au soir de ta vie, tu n’as point refusé le poids des jours
et des travaux, fais que nous soyons dociles à la volonté du Père.
Au ciel de gloire, tu jouis de ton repos dans la maison de Dieu,
mets en nos cœurs le désir de te rejoindre
et de connaître près de toi la joie de l’éternité bienheureuse.

Cardinal Jean HONORE

Source : basiliquesaintmartin.com

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 15 novembre Saint Albert le Grand   Sam 15 Nov 2008 - 11:30

L’Espérance

1. L'espérance parfaite et véritable, c'est l'attente certaine du bonheur futur ; cette attente provient de la grâce de Dieu et de nos mérites précédents ; et il faut ces deux causes à l'espérance, car la grâce de Dieu ne se conserve que par nos mérites, et les mérites seuls, sans la grâce, ne sauvent personne. Sans les mérites, l'espérance n'est plus l'espérance, elle est présomption.

2. Il a la véritable espérance, celui qui, malgré le fréquent exercice des bonnes œuvres, se confie en la seule bonté surabondante de Dieu et en la divine libéralité, mais nullement en ses mérites : sait-il seulement si ses bonnes actions sont agréables à Dieu ? puisque « toutes nos justices sont pareilles à un vêtement souillé » (Isaïe, ch. 64, v.6).

Celui-là possède l'espérance véritable, qui offre à Dieu le juste sacrifice, selon cette parole du Psalmiste : « Offrez des sacrifices de justice, et espérez dans le Seigneur » (Ps.4, v. 6). Ce juste sacrifice, c'est Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même. Fils unique de Dieu, à l'autel de la croix, il s'offrit à Dieu son Père, pour les péchés du monde entier, rançon infiniment supérieure à la dette. Pour racheter tout le genre humain, dit saint Ambroise (1), une seule goutte d'un sang si précieux aurait suffi ; mais il l'a répandu abondamment afin de nous montrer la plénitude de son amour. Et c'est en son sacrifice que se trouve toute notre espérance avec notre salut, selon la doctrine de saint Bernard : « J'ai commis de grands péchés ; ma conscience en est troublée, mais pas totalement, parce que je me souviens des blessures de mon Seigneur. N'a-t-il pas été « blessé à cause de nos crimes ? » (Isaïe, ch. 53, v. 5). Y a-t-il quelque chose de si mortel que la mort du Christ ne puisse détruire ? (2) Que ce remède si puissant et si efficace me vienne donc à la pensée, et aucune maladie désormais, si grave soit-elle, ne pourra m'effrayer. Évidemment, il avait tort, celui qui s'écriait : « Mon crime est trop grand pour que j'en obtienne le pardon » (Gen., ch. 4, v. 13)... Aussi, ce qui me manque de mon propre fond, c'est en toute confiance que je vais le prendre au cœur même de mon Seigneur, parce qu'il s'ouvre par miséricorde, et les ouvertures par où il se répand ne font pas défaut : il a eu les pieds et les mains percés et le côté ouvert par la lance ; grâce à ces blessures, il m'est donc possible maintenant de « sucer le miel du rocher et l'huile qui sort de la pierre la plus dure » (Deutéronome, ch. 32, v, 13), c'est-à-dire, je puis « goûter et voir combien le Seigneur est suave » (Ps. 33, v. 9)... Les clous dévoilent son secret, et le clou qui le transperce me permet de voir la volonté de mon Seigneur. Et qu'est-ce que je vois à travers ? Mais les clous, mais les blessures, tout cela crie et proclame que Dieu est dans le Christ « pour se réconcilier le monde » (IIe lettre aux Cor., ch. 5, v. 19)... Il nous livre les secrets de son cœur par les blessures de son corps. Ce grand signe sacré de la miséricorde se manifeste à nos yeux ; et il se révèle « l'intime de la miséricorde de notre Dieu par quoi le soleil levant nous a visités d'en-haut » (Luc., ch. 1, v. 78). N'est-ce pas son cœur que ses blessures mettent à découvert ? Et y a-t-il moyen, ô Seigneur, de faire paraître plus lumineusement ceci : que vous êtes doux et suave, et d'une immense, miséricorde ? Personne, en effet, n'a une plus grande pitié que celui qui donne sa vie pour des condamnés à mort. Aussi, mon mérite, c'est la miséricorde de mon Seigneur. »

Sa miséricorde, le Seigneur nous l'a manifestée de beaucoup de manières : par ses jeûnes et ses veilles, par ses prières, ses sueurs, ses fatigues et ses larmes ; il a été aussi flagellé ; il a souffert, il a été crucifié, pour suppléer de la sorte à tout ce qui nous manque.

3. Ce qui doit nous porter à l'espérance de la béatitude, c'est l'amour vraiment supérieur du Christ Jésus. N'est-ce pas cet amour qui l'a poussé et comme contraint de mériter notre salut au prix de tant de souffrances ? Et ce salut une fois assuré, pour que nous n'allions pas le perdre, il a mis le plus grand soin à nous donner des Anges protecteurs, les Écritures pour notre instruction, avec ses propres exemples, et les exemples de ses saints, pour nous montrer le chemin ; enfin il nous a donné son corps et son sang qui nous fortifient.

4. II prouve qu'il a la véritable espérance, celui qui résiste au mal virilement, et qui s'affermit dans le bien ; celui-là aussi qui entreprend, en homme de cœur, des œuvres difficiles, et qui y persévère avec courage. Il est écrit : « Ayez bon courage et que votre cœur s'affermisse, vous tous qui espérez dans le Seigneur » (Ps. 30, v. 25).

5. C'est la preuve d'une espérance fausse que de transgresser ses vœux ou les commandements de Dieu, de n'avoir pas le souci de s'amender conformément à l'Écriture, de trop présumer, sans mérites, de la bonté de Dieu. Une espérance semblable est vaine. « L'espérance de l'impie, c'est comme un flocon de laine emporté par le vent, ou une écume légère que disperse la tempête, comme la fumée qu'un souffle dissipe, et le souvenir de l'hôte d'un jour qui passe » (Sagesse, ch. 5, v. 14).

(1) Le P. Berthier (note 3, p. 126) donne la référence suivante : Commentaire de saint Ambroise sur le Ps. 35, préface. On y voit ceci : « C'est un or excellent que le sang du Christ, riche pour nous racheter, il coule abondamment pour laver tous les péchés » (P. L. t. 14, col. 953). Au chapitre 26 (Le zèle des âmes) l'auteur exprime de nouveau la même pensée – : une goutte du sang du Fils de Dieu aurait suffi pour racheter tout le genre humain– qu'il attribue encore à saint Ambroise.

Le P. Robert, dans Aurifodina Universalis (t. 7, p. 55) ou Mine d'or universelle des Sciences Divines et Humaines (éd. de l'abbé Rouquette en 1867, qui reproduit celle de 1680), attribue ce texte à saint Bonaventure, 6e sermon sur le 1er dimanche de l'Avent. On ne trouve pas ce sermon au t. 9 des Œuvres Complètes de saint Bonaventure (éd. de Quaracchi), il n'est donc pas authentique ; dans l'édition de Peltier, Paris, 1868, t. 13, p. 13, l'auteur de ce sermon donne le même texte : « une seule goutte de sang, etc. », en l'attribuant à saint Bernard.

Le P. Robert fait du Paradis de l'âme un titre général dont le traité des Vertus est la première partie. Quelle était la seconde partie ? ?

(2) J'ai eu recours au texte de saint Bernard tel qu'il est reproduit dans Migne (P. L, t. 183, col. 1072). À la place de : détruire (solvere), l'auteur a une autre leçon intéressante (salvare) : y a-t-il quelque chose de si mortel dont la mort du Christ ne puisse guérir (ou sauver) ? Les deux leçons peuvent se soutenir. Laquelle est de saint Bernard ? ?

Source : Le Paradis de l'âme de Saint Albert le Grand
livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 16 novembre Sainte Gertrude   Dim 16 Nov 2008 - 12:28

LITANIES dans les exercices de Sainte Gertrude

Seigneur, aie pitié.

Christ, aie pitié.

Seigneur, aie pitié.

Trinité Sainte, un seul Dieu : donne que mon coeur te craigne, te chérisse, te suive, parce que tu es mon vrai amour.

Sainte Marie, paradis de sainteté, lis de pureté, sois le guide et la gardienne de ma chasteté, parce qu’en toi est toute grâce de vie et de vérité.

Tous les saints Anges et Archanges, obtenez-moi de rendre de corps et d’âme un service agréable à ce Roi, au service duquel on est roi; en présence duquel vous remplissez votre ministère, sans ennui aucun, avec une ineffable jubilation.

Saint Jean-Baptiste, obtiens-moi d’être éclairé de cette vraie lumière, à laquelle tu es venu rendre témoignage.

O Abraham, mon père, obtiens-moi cette foi, cette obéissance, qui t’a conduit à l’amitié au Dieu vivant.

O Moïse, cher à Dieu, obtiens-moi cet esprit de douceur, de paix et de charité, qui t’a rendu digne de parler face à face avec la majesté du Seigneur.

O David, vénérable roi-prophète, obtiens-moi cette parfaite fidélité, résolution et humilité, qui a fait de toi un homme selon le coeur de Dieu, afin que tu fusses vraiment cher et agréable au Roi qui est Dieu.

Tous les saints Patriarches et Prophètes, obtenez-moi l’esprit de pénétration et d’intelligence.

Saint Pierre, prince des Apôtres, par ton autorité, délies-moi des liens de tous mes péchés.

Saint Paul, vase d’élection, obtiens-moi le don de la vraie dilection.

O Jean, toi qui es mon très cher, ô disciple que Jésus aimait, obtiens-moi cette piété, pureté et sainteté d’esprit, que souhaite voir en moi Celui qui est la fleur et le fils de ce Lis, dont tu étais le gardien délicat.

Tous les saints Apôtres, frères et amis de Jésus mon époux, obtenez-moi de lui être unie par un amour inséparable.

Saint Étienne, élu premier martyr, obtiens-moi d’avoir soif du martyre pour l’amour de Jésus-Christ, afin qu’il vienne à mon secours, lui qui à ta mort t’a donné sa consolation.

Saint Laurent, martyr invincible, obtiens-moi cet amour plus fort que la mort, par lequel tu as surmonté le feu et le bourreau.

Saint Georges, fleur des martyrs, obtiens-moi un esprit invincible dans le service de Dieu.

Tous les saints Martyrs, obtenez-moi la douce patience, afin que pour l’amour de Jésus je sois prête à sacrifier mon corps et ma vie.

Saint Grégoire, pasteur apostolique, obtiens-moi la vigilance pour persévérer avec fidélité dans le saint état religieux jusqu’à la fin de ma vie.

Saint Augustin, miroir de l’Église, obtiens-moi de vivre tout entière pour Dieu et pour l’Eglise.

O de tout l’état religieux base très illustre, mon père Saint Benoît, le bien-aimé de Dieu, obtiens-moi une si grande fermeté d’esprit dans l’exactitude rigoureuse de la vie spirituelle, qu’avec toi je reçoive la couronne de la vie éternelle. Tous les saints Confesseurs, obtenez-moi d’être revêtue de confession et de beauté, afin que ma vie et toutes mes actions confessent au Seigneur sa tendresse en toutes mes oeuvres.

Sainte Catherine, blessée de la charité divine, obtiens-moi de mépriser toutes les choses de la terre, et de ne désirer que Jésus.

Sainte Agnès, tendre petite suivante de l’Agneau, obtiens-moi d’aimer d’un amour brûlant mon époux Jésus, celui même dont tu te glorifies d’être une conquête d’amour, Celui qui t’a donné les arrhes de sa foi, Celui qui t’a reçue en sa chambre nuptiale.

Sainte Marie-Madeleine, très fervente amante de Jésus-Christ, obtiens-moi de devenir une très diligente observatrice des devoirs de la sainte religion.

Toutes les Saintes, Vierges et Veuves, obtenez-moi de profiter si bien en toute sainteté dans la vie spirituelle, que je puisse parvenir jusqu’à des fruits au centuple.

Tous les Saints et Élus de Dieu, obtenez-moi une telle et si grande observation de la sainteté, toute la raison d’être de mon désir
fais-moi devenir selon ton coeur: nous t’en prions, écoute-nous.

Agneau de Dieu, en cette vie où je marche, tiens ma main droite, de peur que je ne défaille.

Agneau de Dieu, ce que j’ai commencé en ton nom, fais-le-moi, par ta coopération, accomplir fidèlement.

Agneau de Dieu, que mes péchés ne me fassent point entrave, mais qu’en toutes choses ta Miséricorde me fasse avancer.

Christ, écoute-moi, et à l’heure de ma mort, par ton salut réjouis-moi.

Seigneur, aie pitié.

Christ, aie pitié.

Seigneur, aie pitié.

ORAISON
O Dieu qui par un art admirable sais planter et garder toutes les vertus, bien qu’indigne fais-moi comme un petit grain de ta vraie semence, daigne me fortifier en l’état de la sainte religion, et fais-moi croître jusqu’à mille pour un en fruits de vie très parfaite, et persévérer en ton saint service fidèlement et infatigablement jusqu’à la fin de ma vie.

Ainsi soit-il

Source : jesusmarie.free.fr

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 21 novembre: Présentation de la Bienheureuse Vierge Marie   Ven 21 Nov 2008 - 8:49

Sermon de saint Augustin, évêque (Sermon 25, 7-8 : PL 46, 937-938)

Faites attention, je vous en supplie, à ce que dit le Christ Seigneur, étendant la main vers ses disciples: «Voici ma mère et mes frères» (Mt 12, 49). Et ensuite: «Celui qui fait la volonté de mon Père, qui m’a envoyé, c’est lui mon frère, ma sœur, ma mère» (Mt 12, 49-50). Est-ce que la Vierge Marie n’a pas fait la volonté du Père, elle qui a cru par la foi, qui a conçu par la foi, qui a été élue pour que le salut naquît d’elle en notre faveur, qui a été créée dans le Christ avant que le Christ fût créé en elle? Sainte Marie a fait, oui, elle a fait la volonté du Père, et par conséquent, il est plus important pour Marie d’avoir été disciple du Christ que d’avoir été mère du Christ; il a été plus avantageux pour elle d’avoir été disciple du Christ que d’avoir été sa mère. Donc, Marie était bienheureuse, parce que, avant même d’enfanter le Maître, elle l’a porté dans son sein.

Voyez si ce que je dis n’est pas vrai. Comme le Seigneur passait, suivi par les foules et accomplissant des miracles divins, une femme se mit à dire: «Heureux, bienheureux, le sein qui t’a porté!» (Lc 11, 27) Et qu’est-ce que le Seigneur a répliqué, pour éviter qu’on ne place le bonheur dans la chair? «Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu et la gardent!» (Lc 11, 28) Donc, Marie est bienheureuse aussi parce qu’elle a entendu la parole de Dieu, et l’a gardée: son âme a gardé la vérité plus que son sein n’a gardé la chair. La Vérité, c’est le Christ; la chair, c’est le Christ. La vérité, c’est le Christ dans l’âme de Marie; la chair, c’est le Christ dans le sein de Marie. Ce qui est dans l’âme est davantage que ce qui est dans le sein.

Sainte Marie, heureuse Marie! Et pourtant l’Église vaut mieux que la Vierge Marie. Pourquoi? Parce que Marie est une partie de l’Église, un membre éminent, un membre supérieur aux autres, mais enfin un membre du corps entier. S’il s’agit du corps entier, le corps est certainement davantage qu’un seul membre. Le Seigneur est la tête, et le Christ total est à la fois la tête et le corps. Bref, nous avons un chef divin, nous avons Dieu pour tête.

Donc, mes très chers, regardez vous-mêmes: vous êtes les membres du Christ, et vous êtes le corps du Christ. Comment l’êtes-vous? Faites attention à ce qu’il dit: «Voici ma mère et mes frères» (Mt 12, 49). Comment serez-vous la mère du Christ? Celui qui entend, celui qui fait la volonté de mon Père, qui est aux cieux, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère. En effet, je comprends bien: mes frères; je comprends bien: mes sœurs. Car il n’y a qu’un seul héritage: c’est pourquoi, le Christ, alors qu’il était le Fils unique, n’a pas voulu être seul: dans sa miséricorde, il a voulu que nous soyons héritiers du Père, que nous soyons héritiers avec lui.

Source : Bréviaire romain 1960 ( Forum Catholique )

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 22 novembre Sainte Cécile   Sam 22 Nov 2008 - 6:13

Prière

La pureté, de l'Ange est le brillant partage,
Son immense bonheur ne doit jamais finir ;
Mais sur le Séraphin vous avez l'avantage :
Vous pouvez être purs et vous pouvez souffrir !

Cécile, prête-moi ta douce mélodie :
Je voudrais convertir à Jésus tant de cœurs !
Je voudrais comme toi, sacrifier ma vie,
Je voudrais lui donner tout mon sang et mes pleurs.
Obtiens-moi de goûter, sur la rive étrangère.
Le parfait abandon, ce doux fruit de l'amour !
O Sainte de mon cœur! bientôt, loin de la terre,
Obtiens-moi de voler près de toi, sans retour.

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et la Sainte-Face

Source : missel.free.fr

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 23 novembre Solennité du Christ Roi   Dim 23 Nov 2008 - 12:20

Homélie de saint Augustin, évêque
(Traité sur la foi et les œuvres, I, 15, 25; PL 40, 214)


Si l’on peut, sans garder les commandements, parvenir à la vie, par la seule foi qui «sans les œuvres est morte» (Jc 2, 26), comment alors le Seigneur dira-t-il avec vérité à ceux qu’il placera à sa gauche: «Allez-vous-en dans le feu éternel préparé pour Satan et ses anges» (Mt 25, 41)? Il ne leur reproche pas de n’avoir pas cru en lui mais de n’avoir pas accompli de bonnes œuvres. Car de peur que l’on se promette la vie éternelle par la foi qui sans les œuvres est morte, il a dit qu’il séparerait toutes les nations qui paissent mêlées dans les mêmes pâturages. De la sorte, il sera manifeste que ceux qui alors lui diront: «Seigneur quand est-ce que nous t’avons vu souffrir en tel ou tel cas et que nous ne t’avons pas servi?» (Mt 25, 44) seront ceux-là mêmes qui, tout en croyant en lui, ne se sont guère souciés d’accomplir des bonnes œuvres, comme si l’on pouvait, par une foi morte, parvenir à la vie éternelle!

Dirons-nous de ceux qui n’ont pas pratiqué les œuvres de Miséricorde qu’ils iront au feu éternel, tandis que là n’iraient pas ceux qui ont volé le bien d’autrui, ou bien ceux qui ont profané en eux le temple de Dieu et ont été ainsi sans Miséricorde envers eux-mêmes? Comme si les œuvres de Miséricorde pouvaient avoir quelque utilité sans l’amour! L’Apôtre le dit: «Quand je distribuerais tous mes biens pour nourrir les pauvres, si je n’ai pas la charité, je n’y gagne rien.» (1 Co 13, 3) Ou bien pourrait-il aimer son prochain comme lui-même, celui qui ne s’aime pas lui-même! Oui, «qui aime l’iniquité déteste son âme» (Ps 10, 6).

Et qu’ici nul ne dise, comme le font quelques-uns qui s’illusionnent eux-mêmes, que si le feu est dit éternel, le châtiment, lui, ne l’est pas! Voici leur pensée: ceux auxquels ils promettent le salut comme à travers le feu, passeront certes par ce feu éternel en châtiment de leur foi morte. Mais tout éternel que soit ce feu, leur brûlure à eux, c’est-à-dire l’action du feu, ne sera pas éternelle pour eux. Le Seigneur, en tant qu’il est Seigneur, prévoyait cette objection même aussi donne-t-il à sa sentence ces mots comme conclusion: «Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle.» (Mt 25, 40) Elle sera donc éternelle, comme le feu, la brûlure et là s’en iront, dit la Vérité, tous ceux dont elle a montré clairement que leur manquaient, non la foi, mais les bonnes œuvres.

Source : Bréviaire (le Forum Catholique)

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 28 novembre : Sainte Catherine Labouré   Ven 28 Nov 2008 - 15:41

SAINTE CATHERINE LABOURÉ


Lorsque je vais à la chapelle, je me mets là devant le Bon Dieu, et je Lui dis:

"Seigneur, me voici, donnez-moi ce que vous voulez."

S'Il me donne quelque chose, je suis bien contente et je Le remercie.

S'Il ne me donne rien, je Le remercie encore parce que je n'en mérite pas davantage.

Et puis, je Lui dis alors tout ce qui me vient à l'esprit: je Lui raconte mes peines et mes joies et j'écoute.

Si vous L'écoutez, Il vous parlera aussi, car, avec le Bon Dieu, il faut dire et écouter,

Il parle toujours quand on y va bonnement et simplement.

Source : missel.free.fr

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 3 décembre : Saint François-Xavier   Mer 3 Déc 2008 - 7:49

PRIERES de SAINT FRANCOIS-XAVIER

Acte de Foi.

Je crois, de toute mon âme, tout ce que la très-sainte Eglise catholique, apostolique, romaine, m'ordonne de croire de vous, ô mon Dieu ! Dieu unique en trois personnes. Je crois tout ce qu'elle croit et enseigne du Fils éternel du Père, Dieu comme lui, et qui, pour moi, s'est fait homme, a souffert, est mort, est ressuscité et règne dans le ciel avec le Père et le Saint-Esprit. Je crois enfin tout ce que la sainte Eglise, notre mère, m'ordonne de croire. J'ai la ferme volonté de tout perdre, de tout souffrir, de donner mon sang et ma vie, plutôt que de renoncer à un seul point de ma foi, dans laquelle je veux vivre et mourir. Quand viendra mon heure dernière, ma bouche glacée ne pourra peut-être renouveler l'expression de ma foi; mais je confesse, dès maintenant, pour le moment de ma mort, que je vous reconnais, ô Sauveur Jésus ! pour le Fils de Dieu. Je crois en vous, je vous consacre mon cœur, mon âme, ma vie, tout moi-même.
Amen.

Acte d'espérance.

J'espère tout de vous, Ô Jésus, divin Rédempteur ! J'espère que, dans votre Miséricorde infinie et par vos mérites, vous m'accorderez le secours de votre grâce; et si je suis fidèle à cette précieuse grâce, si j'observe vos divins préceptes, j'espère que je parviendrai à la félicité éternelle, pour laquelle vous m'avez créé, et que vous avez promise à vos élus.
Amen.

Acte de contrition et d'amour de Dieu.

O mon Dieu ! je vous aime plus que toute chose, et j’ai eu le malheur de vous déplaire et de vous offenser, vous, mon Dieu, si bon, si digne de tout mon amour! Je hais les péchés que j'ai commis ; je les hais parce qu'ils vous ont offensé et m'ont éloigné de vous. Je veux vous aimer désormais de manière à ne pas m'exposer au danger de perdre votre divine grâce, à laquelle je vous conjure de me rendre fidèle jusqu'au dernier instant de ma vie.
Amen.

Source : abbaye-saint-benoit.ch

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 6 décembre : Saint Nicolas de Myre   Sam 6 Déc 2008 - 13:06

PRIERE

Ô hiérarque digne de toute louange et de tout honneur,
Grand Thaumaturge et Saint du Christ, Père Nicolas,
Homme de Dieu et fidèle serviteur, homme de désir, vase élu,
Ferme pilier de l'Eglise, flambeau très brillant,
Etoile qui illumine et éclaire l'univers entier.
Tu es un juste florissant comme le palmier
Planté dans les parvis de ton Seigneur.
Vivant à Myre, tu as répandu le parfum de myrrhe
Et tu déversas la myrrhe jaillissante de la Grâce Divine.
Par ta présence, très saint Père, la mer fut bénie
Quand tes reliques très miraculeuses furent transférées à la ville de Bari,
De l'orient à l'occident, pour louer le nom du Seigneur.
Ô très gracieux et merveilleux thaumaturge, prompt secours,
Fervent intercesseur, bon berger
Qui sauve ton troupeau spirituel de toutes sortes de maux,
Nous te glorifions et te magnifions comme l'espoir de tous les chrétiens,
La source de miracles, le protecteur des fidèles, le très sage docteur,
Le nourricier des affamés, la joie des affligés, le vêtement de ceux qui sont nus,
Le guérisseur des malades, le pilote de ceux qui voguent en mer,
Le libérateur des prisonniers, le nourricier et défenseur des veuves et orphelins,
Le gardien de la chasteté, le doux tuteur des enfants,
Le support des vieillards, le guide des jeûneurs,
Le repos de ceux qui peinent,
La richesse abondante des pauvres et nécessiteux.
Ecoute-nous qui te prions et avons recours à ta protection,
Intercède en notre faveur auprès du Très-Haut
Et obtiens par tes puissantes prières tout ce qui est utile
Pour le salut de nos âmes et de nos corps.
Protège cette sainte communauté (ou église , ou paroisse ),
Toute ville, tout village et tout pays chrétien
Et le peuple ici présent de tout mal par ton secours.
Car nous savons, nous savons que la prière d'un juste
Est une grande et puissante force pour le bien.
Et après la Toute bénie Vierge Marie,
Nous t'avons comme juste intercesseur
Auprès de Dieu très Miséricordieux,
Et nous avons humblement recours
A ta fervente intercession et protection, très gracieux Père.
Sous ta houlette, comme un berger attentif et bon,
Garde-nous de tous les ennemis, des fléaux, des tremblements de terre,
De la grêle, de la famine, de l'inondation, du glaive, de l'invasion étrangère,
De la guerre civile et de toutes nos adversités et afflictions.
Tends-nous une main secourable
Et ouvre-nous les portes de la Miséricorde Divine;
Car nous sommes indignes de contempler les hauteurs célestes
A cause de la multitude de nos iniquités;
Nous sommes garrottés par les liens du péché
Et n'avons pas accompli la volonté de notre Créateur,
Ni gardé Ses commandements.
C'est pourquoi dans la pénitence et l'humilité
Nous fléchissons les genoux de notre coeur devant notre Auteur
Et sollicitons ton intercession paternelle auprès de Lui.
Secours-nous, Saint de Dieu, afin que
Nous ne périssions pas dans nos péchés;
Délivre-nous de tout mal et de toute puissance hostile,
Dirige notre esprit et affermis notre cœur dans la vraie foi
Qu'avec ta médiation et ton intercession, ni les plaies, ni les menaces,
Ni les fléaux, ni la colère de notre Créateur ne diminueront;
Mais accorde-nous de pouvoir mener une vie paisible ici-bas
Et de contempler les biens dans la terre des vivants,
Glorifiant le Père, le Fils et le Saint Esprit,
Un seul Dieu glorifié dans la Trinité,
Maintenant et toujours et aux les siècles des siècles.
Amen.

Source : forum.lixium.fr (Oremus)

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 7 décembre : Saint Ambroise de Milan   Dim 7 Déc 2008 - 10:54

Prière

Si tu brûles de fièvre, Il est la Source qui rafraîchit ;
Si tu es oppressé par tes fautes, Il est la Délivrance ;
Si tu as besoin d'aide, Il est la Force ;
Si tu as peur de la mort, Il est la Vie ;
Si tu désires le ciel , Il est la Voie ;
Si tu fuis les ténèbres, Il est la Lumière ;
Si tu as besoin de nourriture, Il est l'Aliment.
Saint Ambroise

Source : users.skynet.be

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 8 décembre : Solennité de l'Immaculée Conception   Lun 8 Déc 2008 - 7:31

A Matines Bréviaire 1961

Hymne
(Auteur inconnu, XVII° s.)

Præclára custos Vírginum,
Intácta mater Numinis,
Cæléstis aulæ iánua,
Spes nostra, cæli gáudium.

Illustre gardienne des Vierges,
Chaste mère de Dieu,
Porte du céleste palais,
Notre espérance, joie du ciel.

Inter rubéta lílium,
Colúmba formosíssima,
Virga e radíce gérminans
Nostro medélam vúlneri.

Lys au milieu des ronces,
Colombe toute belle,
Tige qui fait germer d’une racine
Le remède à notre blessure.

Turris dracóni impérvia,
Amíca stella náufragis,
Tuére nos a fráudibus,
Tuáque luce dírige.

Tour inaccessible au dragon,
Etoile amie des naufragés,
Protégez-nous des fourberies,
Guidez-nous dans votre lumière.

Erróris umbras díscute,
Syrtes dolósas ámove,
Fluctus tot inter, déviis
Tutam reclúde sémitam.

De l’erreur dissipez les ombres,
Ecartez les écueils perfides,
Parmi tant de flots, ouvrez aux égarés
Un chemin qui soit sûr.

Iesu, tibi sit glória,
Qui natus es de Vírgine,
Cum Patre et almo Spíritu,
In sempitérna sǽcula. Amen.

Jésus, à vous soit la gloire,
Qui êtes né de la Vierge,
Ainsi qu’au Père et à l’auguste Esprit
Dans les siècles éternels. Amen.

Homélie de saint Germain, évêque [de Constantinople, † 733]
(Sur la Présentation, 1, 18 et 15-24: PG 98, 308-309)

Salut, Marie, pleine de grâce, plus sainte que les saints, plus élevée que les cieux, plus glorieuse que les chérubins, plus auguste que les séraphins, plus vénérable que toute créature. Salut, colombe, qui nous apportes le fruit de l’olivier, et nous annonces le libérateur du déluge spirituel, le havre de notre salut. Tes ailes argentées et ton pennage d’or chatoyant brillent de l’étincelant éclat de l’Esprit très saint et illuminateur. Salut, très agréable et mystique paradis de Dieu, jardin planté aujourd’hui du côté de l’Orient du vouloir divin par sa droite toute-puissante, tu fais fleurir pour lui le lis embaumé et la rose d’une inaltérable splendeur pour la guérison de ceux qui avaient bu, du côté de l’Occident de la mort, l’amertume pestilentielle et funeste à l’âme; jardin où s’épanouit l’arbre de vie pour la connaissance de la vérité: qui goûte de son fruit, obtient l’immortalité. Salut, immaculé et très pur palais, construction sacrée du Dieu souverain. Auréolée de la magnificence de ce roi divin, tu offres à tous l’hospitalité pour initier à tes surnaturels délices. En toi se trouve, non faite de main d’homme et toute diaprée d’ornements divers, la chambre nuptiale de l’Époux mystique. C’est là que le Verbe, voulant rappeler la race égarée, a épousé la chair pour réconcilier ceux qui s’étaient volontairement bannis.

8. Salut, montagne de par Dieu très fertile et ombragée sur laquelle fut nourri l’Agneau mystique qui porta nos fautes et nos infirmités; montagne d’où se détacha, sans que main l’eût touchée, cette pierre qui brisa les autels des idoles et devint la pierre d’angle, admirable à nos yeux. Salut, trône sacré de Dieu, divine offrande, habitacle de gloire, parure incomparable, gemme choisie, propitiatoire de tout l’univers, ciel qui racontes la gloire de Dieu. Salut, vase d’or fin portant la plus grande douceur de nos âmes: la manne, qui est le Christ. O très pure, très digne de toute louange et de tout hommage, offrande consacrée à Dieu, surpassant en excellence toute créature, terre non travaillée, champ non labouré, vigne tout en vigoureux sarments, source d’eau jaillissante, vierge qui enfantes, et mère qui ne connais pas d’époux, joyau d’innocence et splendeur de sainteté. Toujours exaucée et forte de ton autorité maternelle, adresse tes prières au Seigneur et Dieu, Créateur de toutes choses, ton fils, né de toi, sans le secours d’un père. Prends en main le gouvernement de l’ordre ecclésiastique. Conduis-nous jusqu’au port tranquille.

9. Avec splendeur revêts les prêtres de justice et de l’allégresse d’une foi éprouvée, pure et sincère. Quant aux princes orthodoxes qui, de préférence à tout l’éclat de la pourpre et de l’or, à la perle et à la pierre précieuse, t’ont choisie comme diadème, manteau et gloire assurée de leur royauté, dirige leur règne dans la tranquillité et la prospérité. Abaisse à leurs pieds et soumets-leur les nations fourbes qui te blasphèment ainsi que le Dieu né de toi. Affermis leur peuple pour qu’il persévère selon le précepte de Dieu dans la douce dépendance de l’obéissance. Cette cité qui est tienne, qui te considère comme sa citadelle et son fondement, couronne-la du triomphe de la victoire; entoure-la de force, étends sur elle ta protection. Conserve toujours la présence divine qui fait la beauté du temple. Préserve de toute vicissitude et de toute anxiété de l’âme ceux qui te louent. Accorde le rachat aux captifs. Montre-toi le réconfort des étrangers sans foyer et sans amis. Tends à l’univers entier ta main secourable pour que, dans la joie et l’allégresse, nous terminions splendidement tes solennités comme celle que nous célébrons maintenant, dans le Christ Jésus, roi universel et notre vrai Dieu, à qui soit gloire et puissance avec le Père saint, source de vie, et l’Esprit coéternel, consubstantiel qui règne avec eux maintenant, et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Source : http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=451501

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 12 décembre : Notre Dame de Guadalupe   Ven 12 Déc 2008 - 16:35

Prière

Ô Vierge Immaculée, Mère de Dieu et Mère de l’Eglise,
Qui de cet endroit, révèles ta clémence et ta compassion
Envers tous ceux qui te demandent ta protection,
Ecoute la prière que nous t’adressons avec une confiance filiale
Et présente-là à ton Fils Jésus, notre seul Rédempteur.

Mère de Miséricorde, qui nous enseigne le sacrifice caché et silencieux,
A Toi qui viens à la rencontre des pécheurs que nous sommes,
Nous Te consacrons ce jour tout notre être et tout notre amour.
Nous Te consacrons aussi notre vie, notre travail,
Nos joies, nos faiblesses et nos peines.
Accorde la paix, la justice et la prospérité à nos peuples ;
Car nous confions à tes soins, tout ce que nous avons
Et tout ce que nous sommes, O Notre Dame et Notre Mère.
Nous voulons être entièrement à Toi
Et marcher avec Toi le long du chemin de la complète fidélité
A Jésus-Christ et à Son Eglise : Que ta main aimante nous tienne toujours.

Vierge de Guadalupe, Mère des Amériques,
Nous te prions pour tous les Evêques,
Qu’ils conduisent les fidèles dans le chemin d’une vie chrétienne intense,
Une vie d’amour, et d’humble service de Dieu et des âmes.
Regarde l’immense récolte et intercède auprès du Seigneur
Afin qu’il inspire à tout le peuple de Dieu
Une soif de sainteté et accorde d’abondantes vocations de prêtres et de religieux,
Forts dans la foi et qui soient des apôtres zélés des mystères de Dieu.

Accorde à nos familles la grâce d’aimer et de respecter la vie à ses débuts,
Avec le même amour que celui avec lequel
Tu conçus en ton sein la vie du Fils de Dieu.
Bienheureuse Vierge Marie, protège nos familles,
Afin qu’elles soient toujours unies
Et bénis l’éducation de nos enfants.

Notre Espérance, jette sur nous un regard de compassion,
Apprends nous à aller sans cesse à Jésus et,
Si nous tombons, aide-nous à nous relever de nouveau,
A retourner vers Lui par la confession de nos fautes
Et nos péchés dans le Sacrement de la Réconciliation qui donne la paix à l’âme.

Nous t’implorons accorde-nous un grand amour
Pour tous les saints Sacrements qui sont comme des signes
Que Ton Fils a laissés sur la terre.

Ainsi, Très Sainte Mère, avec la paix de Dieu dans notre conscience,
Nos cœurs libres du mal et de la haine.
Pourrons-nous donner toute la vraie joie et la vraie paix
Qui viennent de Ton Fils, Notre Seigneur Jésus-Christ,
Qui avec Dieu le Père et le Saint Esprit,
Vit et règne dans les siècles des siècles.
Amen.

Source : imagessaintes.canalblog.com

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 14 décembre : Saint Jean de la Croix   Dim 14 Déc 2008 - 18:10

PRIERE

Et je vis sans vivre en moi.
Embrasée par mon désir,
Je meurs de ne pas mourir [Sainte Thérèse d’Avila]
Si je vis sans vivre en moi,
Sans Toi je ne peux pas vivre.

Exister sans moi, sans Toi,
Est-ce donc mourir ou vivre ?
Mille morts serait la vie
Hors du suprême désir.
Je meurs de ne pas mourir.

Cette vie où je crois vivre,
Où j'agonise sans Toi,
Est la mort qui va me suivre
Jusqu'à ce que je Te voie.

Ecoute, Seigneur, la voix,
Les plaintes de mon désir !
Je meurs de ne pas mourir.
Etant si loin, si loin de Toi,

Quelle vie a-t-il, mon être,
Sinon la mort sans effroi,
Sans mourir et sans renaître ?
Seigneur, j'ai pitié de moi,
J'ai pitié de mon désir.

Je meurs de ne pas mourir.
Le poisson sorti de l'eau
Voit la fin de sa misère :
La mort qu'il subit lui vaut
La Mort, une mort plénière.

Moi je vis dans la douleur
Qui n'a ni nuit ni lumière,
Car je vis plus que je meurs.

Quand j'adore Ton image
Dans le Très Saint Sacrement,
Ton regard ne me soulage
Que pour creuser mon tourment.

La chair dressant ses barrages
Sur les flots de mon désir,
Je meurs de ne pas mourir.

Si j'exulte d'allégresse
A ta présence, Seigneur,
De ne pas Te voir sans cesse
Se décuple ma douleur.

Vivant ainsi dans la peur
Terrible de mon désir,
Je meurs de ne pas mourir.
Ah ! sors-moi de cette mort,
Seigneur, donne-moi la vie !

Ouvre Ta source aux transports
De ma soif inassouvie !
Je meurs d'espoir, de remords,
Et de crainte, et de désir.
Je meurs de ne pas mourir.

Je redouterai la mort,
Je pleurerai sur ma vie
Tant qu'elles seront flétries
Par des péchés sans remords.

Quand luira, Seigneur, le jour
Où je pourrai dire : " Amour
Je vis de vivre toujours " ?

Saint Jean de la Croix

Source : missel.free.fr

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 21 décembre : Saint Pierre Canisius   Dim 21 Déc 2008 - 17:26

Prière

Je confesse votre nom, ô Dieu, lumière et force de mon âme, vous qui me gouvernez et dirigez depuis l'enfance et qui avez compté tous les cheveux de ma tête. Je vous rends grâces pour tous les bienfaits que vous avez voulu opérer en moi, par moi et à cause de moi. Vous m'avez protégé jour et nuit à l'ombre de vos ailes et vous m'avez gardé comme la pupille de votre œil, semblable à l'aigle qui invite ses petits à voler et qui vole au dessus d'eux, étend ses ailes et les prend et porte sur ses épaules. Vous avez prévu toute mes voies, vous avez sondé mes reins, vous avez étendu votre main sur la colère de mes ennemis et vous m'avez sauvé, non point par ma justice, mais par votre droite Miséricordieuse. À vous soient la louange et la gloire dans tous les siècles.

Source : prieresetdevotions.blogspot.com

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 25 décembre : La Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ   Jeu 25 Déc 2008 - 18:32

TROISIÈME SERMON POUR LE JOUR DE NOËL
De Saint BERNARD
Sur le lieu, le temps et les autres circonstances de la naissance de notre Seigneur.

1. Mes frères, je remarque dans la naissance de notre Seigneur deux (a) choses non-seulement diverses mais tout à fait différentes. D'abord l'enfant qui naît aujourd'hui est Dieu; sa mère est une vierge et une vierge qui enfante sans douleur. Une lumière toute nouvelle brille au ciel au milieu des ténèbres et un ange annonce une grande et joyeuse bonne nouvelle; l'armée céleste éclate en louanges; Dieu est glorifié et la paix est annoncée aux hommes de bonne volonté; des mages accourent à Bethléem et, trouvant que les choses sont comme on le leur a dit, ils vont les raconter à leurs compagnons; tous ceux qui en entendent parler sont dans l'admiration. Or, toutes ces choses, mes frères, et toutes celles qui ressemblent à celles-là, ne sont point le fait de la fragilité humaine, mais de la vertu de Dieu. Aujourd'hui les pauvres mêmes sont servis à la table du Seigneur, dans des vases d'or et d'argent, mais nous ne devons pas nous les attribuer, ce n'est pas pour nous, mais pour la nourriture et le breuvage qu'ils renferment que nous sommes servis dans des plats et dans des coupes d'or. Le sage nous dit : «faites bien attention, à ce qui vous est servi (Prov. XXIII, 1). » Pour moi, je regarde comme étant pour moi le temps et le lieu de la naissance du Sauveur„ la faiblesse de son corps enfantin, ses vagissements et ses larmes, de même que la pauvreté et les veilles des Mages à qui les premiers cette naissance est annoncée. Oui, tout cela est à moi, c'est pour moi qu'il en est ainsi, c'est à moi que ces choses sont servies, à moi quelles sont proposées à imiter. Le Christ est né en hiver, au milieu de la nuit. Dirons-nous que c'est par un effet du hasard que le maître de l'hiver et de l'été, le Seigneur du jour et de la nuit a voulu naître dans la plus inclémente des saisons et au milieu des ténèbres? Les autres enfants ne choisissent pas le moment de leur naissance, car à ce moment c'est à peine s'ils ont un souffle de vie; quant à la raison ils n'en peuvent faire usage, ils n'ont ni la liberté de choisir ni la faculté de délibérer. Mais pour Jésus-Christ, mes frères, quoiqu'il ne soit point (b) encore homme, cependant il était, dès le principe, en Dieu, il était Dieu, doué de la même sagesse et de la même puissance qu'aujourd'hui puisqu'il est la vertu et la sagesse même de Dieu. Or le fils de Dieu, qui était parfaitement le maître de choisir, pour naître, le moment qu'il voulait, préféra l'époque de l'année la plus dure pour un enfant qui vient au monde, et surtout pour l'enfant d'une femme pauvre, qui a à peine quelques langes pour envelopper ses membres et qui est forcée de le coucher dans une crèche. Dans un si grand dénuement, je ne vois pas qu'il ait été question de fourrures pour lui. Le premier Adam reçut un vêtement de peaux de bêtes, le second est enveloppé dans des langes. Ce n'est pas ainsi que le monde agit, il faut ou que Jésus se trompe ou que le monde soit dans l'erreur; mais comme on ne peut dire que la sagesse divine se trompe, il s'en suit que : « la prudence de la chair, qui n'est après tout qu'une véritable mort, est ennemie de Dieu (I Cor. III, 19), » et que la sagesse du siècle est bien nommée une folie. En effet, le Christ qui ne peut se tromper choisit ce qui mortifie le plus la chair : c'est donc ce qu'il y a de meilleur, de plus avantageux et de plus digne de nos préférences, et nous devons nous défier de toute personne qui nous enseignerait ou nous conseillerait le contraire, comme d'un véritable séducteur.

2. De plus il a voulu naître pendant la nuit. Où êtes-vous, ô hommes impudents, qui ne songez qu'à vous mettre en lumière? Le Christ a choisi ce qu'il trouve de plus salutaire, et vous, vous faites choix de ce qu'il réprouve. Qui de vous ou de lui est plus prudent? Qui a le jugement plus juste et plus sain? Le Christ garde le silence, il ne s'élève point, il ne s'exalte point, il ne se fait point valoir, mais un ange annonce sa naissance, et la troupe de l'armée céleste chante ses louanges. Pour vous, qui faites profession de suivre Jésus-Christ, cachez aussi le trésor que vous avez trouvé. Aimez à être ignoré, que votre louange sorte d'autres lèvres que des vôtres. De plus, le Christ vient au monde dans une étable. Or, n'est-ce pas celui qui a dit : « Toute la terre est à moi, avec tout ce qu'elle renferme (Psal. XLIX, 12)? » Pourquoi donc fait-il choix d'une étable? Evidemment c'est pour condamner la gloire du monde, et réprouver la vanité du siècle. Sa langue ne peut pas encore proférer une parole, mais tout, en lui, crie, prêche, évangélise; il n'est point jusqu'à ses membres délicats, qui ne parlent bien haut; en tout, il blâme, il renverse et réfute le jugement du siècle. En effet, quel est l'homme, si on lui donnait le choix, qui ne préférerait à la faiblesse de l'enfance, un corps plein de force et d'âge où l'intelligence est formée? O sagesse vraiment incarnée et voilée ! Et pourtant, mes frères, c'est là cet enfant promis jadis par Isaïe, qui sait rejeter ce qui est mal, et choisir ce qui est bon (Is. VII, 5). Les voluptés sensuelles sont donc un mal, et la mortification, un bien, puisque ce sage enfant, le Verbe enfant, réprouve les unes et choisit l'autre? Car le Verbe s'est fait chair, mais chair infirme, enfantine, délicate, impotente, enfin chair incapable de supporter la peine et la fatigue.[…]

a/ Le manuscrit français des Feuillants donne, de ce passage, une autre leçon plus juste, en substituant le mot trois au mot deux que nous avons ici.
b/ Dans quelques manuscrits, la locution adverbiale négative ne point manque en cet endroit ; mais il faut absolument l'y conserver, car le sens de la phrase cet que le Christ ne fut pas homme avant sa naissance, qu'il était seulement Dieu.

Source : abbaye-saint-benoit.ch/saints/bernard

Saint Noël à tous !

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 26 décembre Saint Etienne   Ven 26 Déc 2008 - 16:32

Sermon de saint Fulgence, évêque [de Ruspe (Tunisie actuelle), mort en 532] (3° Sermon sur saint Étienne 1-3: CCL 91A, 905-906)

4. Hier, nous fêtions la naissance dans le temps de notre Roi éternel, aujourd’hui, nous célébrons la passion triomphale du soldat. Hier, en effet, notre Roi, revêtu de la robe charnelle, sortait du sanctuaire d’un sein virginal et daignait visiter le monde. Aujourd’hui, le soldat quitte la tente de son corps et part triomphant vers le ciel. Le premier, tout en conservant la grandeur de l’éternelle divinité, prend la livrée servile de la chair et entre, prêt à la lutte, dans le champ clos de ce siècle; le second, déposant le vêtement corruptible du corps, monte jusqu’au palais du ciel pour régner à jamais. Le premier descend, couvert du voile de la chair; le second monte, paré de la pourpre de son sang.

5. Étienne monte, tandis que les Juifs le lapident, parce que le Christ descend, tandis que les anges se réjouissent. «Gloire à Dieu dans les hauteurs des cieux» (Lc 2, 13) chantaient hier les saints anges, exultant; aujourd’hui, dans la joie, ils accueillent Étienne en leur société. Hier, le Seigneur sortait du sein de la Vierge; aujourd’hui, le soldat a quitté la prison de son corps. Hier, le Christ, pour nous, était enveloppé de langes; aujourd’hui Étienne est, par lui, revêtu de la robe d’immortalité. Hier, l’étroitesse d’une mangeoire portait le Christ enfant; aujourd’hui, l’immensité du ciel accueille Étienne triomphant. Seul, le Seigneur est descendu, pour en élever beaucoup. Notre Roi s’est humilié pour exalter ses soldats.

6. Il faut pourtant que nous sachions, mes frères, de quelles armes Étienne était équipé pour vaincre la cruauté des Juifs et obtenir un triomphe si heureux. La couronne que son nom signifie, Étienne avait, pour l’obtenir, les armes de la charité. Grâce à elle, partout il était vainqueur. Par amour de Dieu, il n’a pas cédé à la brutalité des bourreaux, par amour du prochain, il a intercédé pour ceux qui le lapidaient. Par charité, afin de les corriger, il reprend ceux qui errent; par charité, afin d’écarter d’eux le châtiment, il prie pour ceux qui le lapident. Revêtu de la force de la charité, il a vaincu Saul et sa fureur cruelle; celui qu’il avait eu comme persécuteur sur la terre, il a obtenu de l’avoir pour compagnon dans le ciel.

Source : forumcatholique.org du 26 décembre

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
Hélène
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Saint Jean...   Sam 27 Déc 2008 - 12:48

Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement avec Dieu.
Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut.
Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie.
Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean.
Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.
Celui-là n'était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière.
Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme ; il venait dans le monde.
Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu.
Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli.
Mais à tous ceux qui l'ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom,
lui qui ne fut engendré ni du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
Jean lui rend témoignage et il clame : " C'est de lui que j'ai dit : Celui qui vient derrière moi, le voilà passé devant moi, parce qu'avant moi il était. "
Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce.
Car la Loi fut donnée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Nul n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l'a fait connaître.




:angel:

Hélène

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 27 décembre : Saint Jean l'Évangéliste   Sam 27 Déc 2008 - 18:06

Des Traités sur l’Épître de Jean de saint Augustin, évêque (Traité 1, 1.3; cf. SC 75, 112.116.118)

La vie s’est manifestée dans la chair

Ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons contemplé de nos yeux, et que nos mains ont touché, c’est le Verbe de la vie (1 Jn 1, 1). Y a-t-il quelqu’un qui touche de ses mains le Verbe de la vie, sinon parce que le Verbe s’est fait chair et qu’il a établi sa demeure parmi nous (Jn 1, 14)?

Or, ce Verbe qui s’est fait chair pour être touché de nos mains, il a commencé d’être chair dans le sein de la Vierge Marie. Mais il n’a pas alors commencé d’être le Verbe, car il était depuis le commencement, dit saint Jean. Voyez comme sa Lettre confirme son Évangile, où naguère vous avez entendu lire: Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu (Jn 1, 1).

Peut-être que certains entendent «le Verbe de la vie» comme une formule quelconque pour désigner le Christ, et non pas précisément le corps du Christ, que les mains ont touché. Mais voyez la suite: Oui, la vie s’est manifestée (1 Jn 1, 2). Le Christ est donc le Verbe de la vie.

Et comment cette vie s’est-elle manifestée? Car, si elle était dès le commencement, elle ne s’était pas manifestée aux hommes: elle s’était manifestée aux Anges, qui la voyaient et qui s’en nourrissaient comme de leur pain. C’est ce que dit l’Écriture: L’homme a mangé le pain des Anges (Ps 77, 25).

Donc, la Vie elle-même s’est manifestée dans la chair: elle a été placée, en effet, en état de manifestation pour qu’une réalité visible seulement par le cœur pût être aussi visible aux yeux, afin de guérir les cœurs. C’est par le cœur seul qu’on voit le Verbe, tandis que la chair est vue aussi par les yeux. C’est la chair qui nous permettait de voir le Verbe. Le Verbe s’est fait chair, une chair que nous puissions voir, afin que soit guéri en nous ce qui pourrait voir le Verbe.

Nous portons témoignage, dit saint Jean: nous vous annonçons cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée en nous (1 Jn 1, 2), c’est-à-dire qui s’est manifestée parmi nous; on dirait plus clairement: qui s’est manifestée à nous.

Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons (1 Jn 1, 3). Que votre charité soit attentive: Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons. Eux, ils ont vu le Seigneur lui-même présent dans la chair, ils ont entendu les paroles tombant de sa bouche et ils nous les ont annoncées. Mais nous, si nous avons entendu, nous n’avons pas vu.

Sommes-nous donc moins favorisés que ceux qui ont vu et entendu? En ce cas, pourquoi ajoute-t-il: pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous? Eux ont vu; nous, nous n’avons pas vu; et pourtant nous sommes en communion avec eux, parce que nous avons une foi commune.

Et notre communion est avec Dieu le Père et Jésus Christ son Fils. Et c’est nous qui écrivons cela, ajoute Jean, pour que vous ayez la plénitude de la joie. Cette plénitude de la joie, il la fait consister précisément dans la communion, dans l’amour, dans l’unité.

Source : Forum Catholique du 26 décembre

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 28 décembre : Les Saints Innocents   Dim 28 Déc 2008 - 15:48

SERMON UNIQUE POUR LE JOUR DES SAINTS INNOCENTS

[...] 2. Quant aux saints Innocents, quelqu'un doute-t-il de leurs couronnes? On ne peut douter que les enfants massacrés pour Jésus-Christ aient reçu la couronne du martyre, que lorsqu'on doute si ceux qui sont régénérés en Jésus-Christ, sont comptés au nombre des enfants d'adoption. Comment peut-on croire en effet que cet enfant qui est né pour nous, non point contre nous, aurait souffert que les. enfants, nés en même temps que lui, fussent, mis à. mort à cause de lui, s'il n'avait point voulu leur assurez quelque chose de meilleur que la vie? De même qu'à cette époque, la seule circoncision, sans aucun acte de la volonté des enfants qui la recevaient, et maintenant le baptême suffit, de même pour le salut, ainsi le martyre souffert pour Jésus-Christ a du suffire également pour les sauver. Si vous me demandez quels mérites ils ont eus aux yeux de Dieu pour être sauvés, je vous prierai de me dire quel était leur crime aux yeux d'Hérode pour être mis à mort. Est-ce que par hasard la bonté de Jésus-Christ serait moins grande pour les couronner, que la cruauté d'Hérode ne le fut pour les faire périr? Je veux bien que saint Etienne passe pour un martyr aux yeux des hommes, puisque sa mort parut volontaire de sa part, surtout quand on le voit plus inquiet pour ses propres persécuteurs, jusqu'au moment même où il rendit le dernier soupir, que pour lui-même, et oublier ses propres souffrances corporelles, pour ne songer qu'à compatir, du fond du cœur, au malheur des autres et à gémir plutôt sur leurs péchés que sur les coups qu'ils lui portaient. Que saint Jean soit aussi un martyr aux yeux des anges qui, en leur qualité d'êtres spirituels, ont vu les dispositions de son coeur, cela n'empêche point qu'ils ne soient aussi de véritables martyrs à vos yeux, ô mon Dieu, et si les hommes, ni les anges, n'ont vu aucun mérite en eux, les prévenances singulières de votre grâce ne s'en montrent pas moins pour cela en eux. Vous avez tiré la louange la plus parfaite de la bouche des enfants qui ne pouvaient point parler encore (Psal. VIII, 3). Les anges disent bien : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté (Luc. II, 14). » C'est beaucoup sans doute, mais j'ose dire que ce n'est pas encore là une gloire parfaite, tant que ne s'est pas fait entendre celui qui dit : «Laissez venir à moi les petits enfants, parce que le royaume des cieux appartient à ceux qui leur ressemblent (Matth. XIX,14), » celui, dis-je, qui est la paix des hommes et les sauve dans le sacrement de sa bonté, sans le concours de leur volonté.

3. Que ceux qui disputent sans fin sur le fait et l'intention considèrent et remarquent qu'il ne faut négliger ni l'un ni l'autre, à moins qu'il ne soient pas possible de les réunir; surtout qu'ils sachent bien que le fait ou l'intention, quand il est impossible de les réunir, non-seulement peut opérer le salut, mais même opère la sanctification. Qu'ils soient encore fermement convaincus que le fait sans l'intention est réputé méritoire, pourvu qu'il ne soit pas contredit par l'intention; car ceux qui agissent avec une volonté feinte trouvent la damnation là où les enfants trouvent le salut. De même il y a des cas où la volonté sans le fait, non pas contre le fait, suffit également. Par exemple, un homme meurt avec l'intention louable, mais imparfaite encore et stérile, de souffrir le martyre, personne n'osera dire qu'il n'est pas sauvé. En effet, il se peut que Dieu n'ait pas permis qu'il fût mis à l'épreuve, de peur qu'il ne vînt à faiblir et à se damner. Il est bien certain que s'il était exposé, avec une volonté faible, à une épreuve trop grande pour lui, et que sa volonté ne fût point fortifiée, il faiblirait, renierait sa foi, et périrait pour toujours, s'il venait à mourir en cet état. Car il est dit : « Je rougirai devant les anges de Dieu, de ceux qui auront rougi de moi devant les hommes (Luc. IX, 26). » Ainsi on peut être sauvé avec une volonté même imparfaite, lorsque le fait est impossible, on ne le peut plus quand l'acte fait défaut ou quand il est défectueux. La même chose peut se produire dans l'ignorance ; efforçons-nous donc d'avoir la charité et d'y ajouter la pratique des bonnes œuvres, et ne regardons pas d'un oeil indifférent les péchés de faiblesse et d'ignorance, et rendons grâces à notre très-bon et très-libéral Sauveur, dans les sentiments d'une âme inquiète et timorée, de ce qu'il multiplie, avec une immense charité, les occasions de salut, pour les hommes, et se plaît, lui qui veut que tous les hommes se sauvent et arrivent à la connaissance de la vérité (Joan. XVIII, 3), à trouver dans les uns le fait et l’intention réunis, dans les autres l'intention sans le fait, et, dans les troisièmes, le fait sans l'intention. Or la vie éternelle c'est que nous connaissions le vrai Dieu le Père,et celui qu'il a envoyé, Jésus-Christ, qui est un seul vrai Dieu avec le Père, béni par-dessus tout dans les siècles des siècles,
ainsi soit-il. [...]

Saint Bernard de Clairvaux

Source : abbaye-saint-benoit.ch

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 1er Janvier: Ste Marie Mère de Dieu, Journée pour la Paix   Jeu 1 Jan 2009 - 11:45

PRIERE à MARIE MERE de DIEU

Je te salue, Marie, Mère de Dieu,
Trésor vénéré de tout l'univers,
Lumière qui ne s'éteint pas,
Toi de qui est né le soleil de la justice,
Sceptre de la vérité, temple indestructible.
Je te salue, Marie,
Demeure de celui qu'aucun lieu ne contient,
Toi qui as fait pousser un épi
Qui ne se flétrira jamais.
Par toi les bergers ont rendu gloire à Dieu,
Par toi est béni, dans l'Évangile,
Celui qui vient au nom du Seigneur.
Par toi la Trinité est glorifiée,
Par toi la croix est adorée dans l'univers entier.
Par toi exultent les cieux,
Par toi l'humanité déchue a été relevée.
Par toi le monde entier a enfin connu la Vérité.
Par toi, sur toute la terre, se sont fondées des églises.
Par toi le Fils unique de Dieu
A fait resplendir sa lumière
Sur ceux qui étaient dans les ténèbres,
Assis à l'ombre de la mort.
Par toi les apôtres ont pu annoncer
Le salut aux nations.
Comment chanter dignement ta louange,
Ô Mère de Dieu,
Par qui la terre entière tressaille d'allégresse.

Saint Cyrille d'Alexandrie (v.380-v.444)
Source : spiritualite-chretienne.com

PRIERE pour la PAIX

Dieu de nos Pères,
Grand et Miséricordieux Seigneur de la paix et de la vie,
Père de tous.

Tu as des projets de paix et non d’affliction,
Tu condamnes les guerres et Tu abats l’orgueil des violents.
Tu as envoyé ton Fils Jésus pour annoncer la paix
A ceux qui sont proches ou loin,
Pour réunir les hommes de chaque race
Et de chaque origine en une seule famille.

Écoute le cri unanime de tes fils,
La supplication pleine de tristesse de toute l’humanité :
Plus jamais la guerre, aventure sans retour,
Plus jamais la guerre, spirale de deuil et de violence ;
Non à cette guerre
Qui est une menace pour tes créatures
Dans le ciel, sur la terre et la mer.

En communion avec Marie, la Mère de Jésus,
Nous te supplions encore :
Parle au cœur des responsables du destin des peuples,
Arrête la logique des représailles et de la vengeance,
Suggère par ton Esprit de nouvelles solutions,
Des gestes généreux et honorables,
Des possibilités de dialogue et de patiente attente,
Qui soient plus féconds que les rapides décisions de guerre.

Accorde à notre époque des jours de paix.
Plus jamais la guerre.
Amen.

Prière de Jean-Paul II
Source : paroisse-croixvalchevriere.cathisere.cef.fr

Sainte et heureuse année 2009 à tous !

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 3 janvier : Saint Nom de Jésus   Sam 3 Jan 2009 - 7:28

LITANIES DU SAINT NOM DE JÉSUS

Seigneur, ayez pitié de nous.
Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus, écoutez-nous.
Jésus, exaucez-nous.

Père céleste , qui êtes Dieu, ayezpitié de nous.
Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Saint-Esprit, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Jésus, Fils du Dieu vivant, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la splendeur du Père, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes l'éclat de la lumière éternelle, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le Roi de gloire, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le Soleil de justice , ayez pitié de nous.
Jésus , Fils de Marie toujours vierge, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes l'Admirable, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le Dieu fort, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le Père du siècle (1) à venir, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes l'Ange du grand conseil, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes tout-puissant, ayez pitié de nous.
Jésus, qui avez été très-obéissant (2), ayez pitié de nous.
Jésus, qui avez été très-patient (3), ayez pitié de nous.
Jésus, doux et humble de cœur, ayez pitié de nous.
Jésus, qui chérissez la chasteté (4), ayez pitié de nous.

NOTES
1 Jésus mourant pour nous sur la croix, nous y a tous engendrés à la vie éternelle.
2 Jusqu'à la mort, et à la mort de la croix. (Philip., II, 8.)
3 Lorsqu'on le calomniait, il ne maudissait point : lorsqu'il était dans les souffrances,
il ne faisait point de menaces; mais il s'est livré soi-même à un juge
qui le devait condamner injustement. ( I Petr., II, 23.)
4 Lui qui a dit : « Bienheureux sont ceux qui ont le cœur pur.» (Matth . V, 8. )

322

Jésus, notre amour, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le Dieu de paix, ayez pitié de nous.
Jésus, Auteur de la vie, ayez pitié de nous.
Jésus, modèle des vertus, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes plein de zèle pour le salut des âmes (1), ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes notre Dieu, ayez pitié de nous.
Jésus, notre unique refuge, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le Père des pauvres, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le trésor des fidèles (2), ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le bon Pasteur (3), ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la vraie lumière, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la sagesse éternelle, ayez pitié de nous.
Jésus, source infinie de bonté, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes notre voie et notre vie, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la joie des Anges, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le maître des Apôtres (4), ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes le docteur des Evangélistes (5), ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la force des Martyrs (6), ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la lumière des Confesseurs, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la pureté des Vierges, ayez pitié de nous.
Jésus, qui êtes la couronne et la récompense de tous les Saints, ayez pitié de nous.

Soyez-nous propice, et nous pardonnez, ô Jésus.
Soyez-nous propice, et nous exaucez, ô Jésus.

De tout péché, délivrez-nous, Jésus.
De votre colère, délivrez-nous, Jésus.
Des embûches du démon, délivrez-nous, Jésus.
De l'esprit d'impureté, délivrez-nous, Jésus.
De la mort éternelle, délivrez-nous, Jésus.
Par le mystère de votre sainte incarnation, délivrez-nous, Jésus.
Par votre naissance, délivrez-nous, Jésus.

NOTES
1 De qui il est écrit : « Le zèle de votre maison me dévore. » ( Joan., II, 17.)
2 Parce « qu'en lui sont renfermés tous les trésors de la sagesse
et de la science » de Dieu, où puisent les âmes fidèles de quoi
nourrir leur foi. » (Coloss., II, 3.)
3 Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. (Joan, X, 11.)
4 A qui il a dit : « Comme mon Père m'a envoyé, ainsi je vous envoie. » (Joan., XX, 25.)
5 A qui l'Esprit de vérité qu'il a envoyé , a enseigné toute vérité. ( Joan., XVI, 13 ).
6 De qui il a dit en parlant aux apôtres : « Je vous donnerai
une bouche et une sagesse, à laquelle tous vos ennemis
ne pourront résister.» ( Luc., XXI, 15.)

323

Par votre enfance, délivrez-nous, Jésus.
Par votre vie toute divine, délivrez-nous, Jésus.
Par vos travaux, délivrez-nous, Jésus.
Par votre agonie et votre passion, délivrez-nous, Jésus.
Par votre croix et votre délaissement, délivrez-nous, Jésus.
Par vos langueurs, délivrez-nous, Jésus.
Par votre mort et votre sépulture, délivrez-nous, Jésus.
Par votre ascension, délivrez-nous, Jésus.
Par vos joies, délivrez-nous, Jésus.
Par votre gloire, délivrez-nous, Jésus.

Agneau de Dieu, qui ôtez les péchés du monde, pardonnez-nous, Jésus.
Agneau de Dieu, qui ôtez les péchés du monde, exaucez-nous, Jésus.
Agneau de Dieu, qui ôtez les péchés du monde, faites-nous Miséricorde, Jésus.

Jésus, écoutez-nous. Jésus, exaucez-nous.


Collecte.
ORAISON. Domine Jesu Christe, etc.


O Jésus-Christ Notre-Seigneur, qui avez dit : « Demandez, et vous recevrez; cherchez, et vous trouverez; frappez à la porte, et on vous l'ouvrira : » nous vous prions de répandre en nous la tendresse de votre divin amour, afin que nous vous aimions de tout notre cœur; que par votre bouche nous répandions partout la bonne odeur de cet amour; que nous en donnions des marques par nos œuvres, et que nous ne cessions jamais de louer votre saint Nom.

ORAISON. Humanitatis tuœ ipsâ Divinitate unctœ, etc.

O Jésus-Christ Notre-Seigneur, mettez en nous pour jamais la crainte et l'amour de votre sacrée personne, et de cette humanité sanctifiée par l'union de la Divinité, puisque vous n'abandonnez jamais ceux que vous avez établis en la solidité de votre amour; Vous qui étant Dieu, vivez, etc.


Source : abbaye-saint-benoit.ch/bossuet

Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
ami de la Miséricorde
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: 3 janvier : Sainte Geneviève   Sam 3 Jan 2009 - 8:08

LITANIES
Seigneur, ayez pitié de nous ! Kyrie, eléison !
Ô Christ, ayez pitié de nous ! Christe, eléison !
Seigneur, ayez pitié de nous ! Kyrie, eléison !
Jésus, écoutez-nous. Jésus, écoutez-nous.
Jésus, exaucez-nous. Jésus, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Marie, sainte Vierge des Vierges, Mère du Sauveur, priez pour nous.

Sainte Geneviève, dès l'enfance comblée de Dieu, priez pour nous.
Sainte Geneviève, consacrée au Christ par saint Germain, priez pour nous.
Sainte Geneviève, docile au Saint-Esprit, priez pour nous.
Sainte Geneviève, au zèle intrépide pour la foi, priez pour nous.
Sainte Geneviève, héroïquement dévouée à l'Eglise, priez pour nous.
Sainte Geneviève, modèle de vie vécue pour Dieu, priez pour nous.
Sainte Geneviève, discrète auxiliaire du Clergé, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui avez souffert pour votre vocation, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui avez connu l'hostilité et l'abandon, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui passiez des heures à prier, priez pour nous.
Sainte Geneviève, dont les jeûnes et la prière sauvaient la Cité, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui aviez pour les rois une exigeante amitié, priez pour nous.
Sainte Geneviève, dont la sagesse éclairait les païens, priez pour nous.
Sainte Geneviève, dont la prudence guidait les chefs, priez pour nous.
Sainte Geneviève, dont la pureté triomphait des calomnies, priez pour nous.
Sainte Geneviève, dont la force relevait les courages défaillants, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui compatissiez aux souffrances des petits, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui nourrissiez miraculeusement les miséreux, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui réconciliez avec Dieu les pécheurs, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui rameniez à l'Eglise les égarés, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui lisiez dans les cœurs, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui guérissiez les malades, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui arrêtiez les inondations, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui rétablissiez la paix entre les ennemis, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui adoucissiez le sort des prisonniers, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui chassiez les démons, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui protégez notre patrie, priez pour nous.
Sainte Geneviève, qui veillez sur Paris, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous Seigneur.
Jésus-Christ, écoutez-nous. Jésus-Christ, exaucez-nous.
Priez pour nous, Sainte Geneviève - Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ.

PRIONS
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit d'intelligence et d'amour dont vous avez rempli votre servante Geneviève, pour qu'attentifs à vous servir et cherchant à lui ressembler, nous sachions vous plaire par notre foi et toute notre vie. Par Jésus-Christ, votre Fils unique, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec vous, dans l'unité du Saint-Esprit. Pour les siècles des siècles. Amen.

Source : apotres.amour.free.fr
Union de prière
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hommage-a-la-misericorde-divine.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saint du jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saint du jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: Le pèlerin d'Emmaüs :: Prière-
Sauter vers: