Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La place de la religion dans les questions climatiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
antoine henry
Nouveau
Nouveau
avatar


MessageSujet: La place de la religion dans les questions climatiques   Jeu 5 Nov 2009 - 3:21

Bonjour à tous et à toutes,

Je lis ce matin sur le site d'Europe 1:
Citation :
Des chrétiens, des musulmans, des juifs, des hindous, des sikhs, des shintoïstes, des bouddhistes, des taoïstes et des bahá'ís : des représentants de neuf religions se sont réunis cette semaine à Windsor en Angleterre. Conviés par le prince Philip, qui préside l'Alliance des religions pour la conservation, ils se sont penchés ensemble sur... l’avenir de la planète.

Que penser effectivement du rôle que pourrait jouer la religion (les religions), et donc l'Eglise catholique, dans les débats relatifs aux questions climatiques ?

Est-ce sa place ?

Personnellement je suis convaincu que la réponse est "oui". L'Eglise terrestre est constituée d'hommes et elle est radicalement immergé dans le monde.

Soyons donc créatifs et participons à ce débat citoyen et chrétien.
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
Modératrice
Modératrice
avatar


MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Jeu 5 Nov 2009 - 8:15

Jean Paul II décrivait saint-François d'Assise comme le "patron céleste "de l'écologie.
De plus « la terre et ce qui la remplit appartiennent au
Seigneur » lit-on dans le Psaume 24. Ainsi, nous rappelle la Bible,
Dieu est le Créateur de l'univers et de la terre. C'est lui qui en a
fait les équilibres si délicats, lui qui par sa créativité et son
ingéniosité sans limites est à l'origine d'une telle diversité
d'espèces, d'une telle richesse naturelle. Alors oui, je pense que l'Église catholique a un rôle à jouer dans les débats mondiaux relatifs aux questions climatiques.
Incontestablement de nombreux passages de la bible montrent que l'homme est un gestionnaire des biens de Dieu, un
métayer du Grand Propriétaire ;-D. La terre ne nous revient pas de droit ;
c'est une faveur qui nous a été faite. Nous nous trompons si nous
pensons « posséder » telle ou telle propriété, tel ou tel pays et
croyons pouvoir faire ce que nous voulons.

Fraternellement,

Françoise

____________________
"Si mon âme se désole je me souviens de toi mon Dieu"
Revenir en haut Aller en bas
antoine henry
Nouveau
Nouveau
avatar


MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Jeu 5 Nov 2009 - 8:18

Bien d'accord avec vous Françoise
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Jeu 5 Nov 2009 - 17:12

La genèse nous donne ce phénomène climatique qu'est l'arc en ciel entre nuages qui portent la pluie et le soleil
tet l'arc en ciel est le signe de l'alliance de Dieu avec la terre et les humains
Gn 9,17 L'arc sera dans la nuée et je le regarderai pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tout être vivant, toute chair qui est sur la terre

Et si par le non respect de la nature l'arc en ciel venait à disparaitre comment Dieu pourrait-il se souvenir de son alliance perpétuelle?

Notre relation au monde est signe efficace de notre relation à Dieu.
Voila le sens profond de notre relation à la terre qui nous porte et nous nourrit. PLus cette relation à la terre, aux climats, aux plantes et forets, aux animaux sera riche de connaissance, de respect, d'utilisation raisonnée, plus la relation à Dieu sera forte de louange, de lumière, de vérité.
Revenir en haut Aller en bas
antoine henry
Nouveau
Nouveau
avatar


MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Ven 6 Nov 2009 - 3:11

Bonjour,

Pour compléter nos avis et analyses, j'ai trouvé ceci sur
www.notre-planete.info :

Citation :
"Dans l'Ancien et le Nouveau Testament l´être humain est considéré comme gardien et non dominateur
Une éthique environnementale prescrit, chaque sept ans, une année sabbatique autant pour le sol que pour les êtres humains et les animaux. Ces derniers, créés et bénis par Dieu, selon le récit de la Genèse, méritent le respect. "Le juste prend soin de la vie de ses bêtes" stipule le livre des Proverbes (12, 10). Jésus était vert. Il a vécu en contact permanent avec les éléments de la nature. Il s´en est servi pour alimenter ses paraboles.(1)
...............
La fameuse phrase de la Genèse 1,28 traduite dans la Bible Segond par : "Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et assujettissez-la; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre", est pour les exégèses à interpréter différemment. Cette phrase a souvent créé la controverse et certains explique cette fuite en avant et ce gaspillage d'énergie par une interpétation au premier degré de ce texte.
.................
En clair l'empreinte écologique de plus en plus importante de l'homme est calculée en excluant la part qui reveint à celle des animaux et de tout ce qui vit sur terre. Cependant on sait que La Torah interdit également les mélanges d´espèces, les modifications génétiques, autant animales que végétales ; elle exige la mise en jachère de la terre, tous les sept ans, notamment pour rappeler que seul l´Eternel est propriétaire de la terre, et aussi pour prévenir les risques de l´agriculture intensive.(4)"

Nul doute que la Bible a un regard particulier sur les affaires de la nature. Et le rôle de l'Homme est clairement appuyé.

Je dirai même qu'il s'agit d'une responsabilité pour l'Homme de regarder avec bonté et respect la nature.
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Ven 6 Nov 2009 - 6:02

Voici une petite réflexion que j'avais faite sur le passage de la genèse où les arbres sont crées avec leurs fruits portant semence:
FRUIT PORTANT SEMENCE

Le cycle d'une plante c'est semence, fleur, fruit. Tout l'énergie de la plante se porte vers le fruit et la semence qu'il porte pour se reproduire et continuer l'espèce.
La semence est dépendante du fruit.Tellement que, si le fruit n'arrive pas à maturité, il n'y a pas de semence.
Le fruit porte la semence, mais pour libérer la semence, le fruit doit pourrir.
Le fruit portant semence fait partie d'un cycle: semence, naissance, maturité, pourrissement, semence .......Et c'est la chaine de la vie.

L'homme courcircuite cette chaine de la vie. Les manipulations qui donnent des hybrides, des O.G.M. Dans ces manipulations, il y a dissociation entre le fruit et la semence. Le fruit ne donne plus la semence. Pour assurer le cycle il faut à chaque génération une manipulation.
La semence ne dépend plus du fruit mais de la personne qui connaît la technique de manipulation génétique.

Le fruit portant semence assure une égalité et un liberté. La plante offre son frruit et sa semence. C'est de l'ordre du gratuit parce que c'est une égale soumission de l'humain au cycle de la nature. C'est une égalité et une liberté parce que c'est de l'ordre du recevoir.

Quand la semence est détachée du fruit, l'égalité et la liberté n'existent plus car à ce moment là nous ne dépendons plus du fruit portant semence mais de celui qui manipule le fruit et la semence.
Celui qui va utiliser la semence est dépendant du manipulateur génétique, et du circuit commercial mis en place.
L'égalité devant le fruit portant semence n'existe plus, puisqu'il n'y a plus de libre accés ni aux fruits ni à la semence.
La chaîne de la vie n'est plus gratuite ni offerte. Par le fait qu'elle est à la fois rompue et modifiée, elle est au pouvoir et de celui qui la manipule et de celui qui la commercialise.

Un fruit portant semence peut s'appliquer à toute action humaine. Toute action nait, se développe, porte du fruit et séme la possibilité d'une autre action.
Toute génération naît, devient adulte, transmet la vie et meurt.
Mais ici le cycle n'est pas automatique. Notre liberté peut ou fortifier ce cycle, ou l'empécher de se faire, ou le modifier en cours de route.
Il est confronté au cycle de vie des uns et des autres.
Mais il est toujours la base de référence pour savoir s'il y a un progrés ou une régression.
Revenir en haut Aller en bas
antoine henry
Nouveau
Nouveau
avatar


MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Ven 6 Nov 2009 - 8:48

Fil bleu, vous écrivez
Citation :
L'homme courcircuite cette chaine de la vie. Les manipulations qui donnent des hybrides, des O.G.M. Dans ces manipulations, il y a dissociation entre le fruit et la semence. Le fruit ne donne plus la semence. Pour assurer le cycle il faut à chaque génération une manipulation.
La semence ne dépend plus du fruit mais de la personne qui connaît la technique de manipulation génétique.
J'avoue que je viens d'apprendre quelque chose. Je ne savais pas que, sans intervention humaine, il n'y avait plus de fruit au niveau des OGM.
Bonne contribution, dans ce cas, à notre réflexion !!
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Ven 6 Nov 2009 - 13:50

Prenez une graine d'un fruit hybride comme par exemple la tomate que vous achetez, plantez-la et vous pourrez atttendre pour avoir des fruits, vous aurez une plante verte!
Pareil pour les OGM: du fait qu'ils sont génétiquement modifiés, la modification ne se répètent pas
et donc celui qui fait la modifocation a le pouvoir comme Monsentos
Revenir en haut Aller en bas
antoine henry
Nouveau
Nouveau
avatar


MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Sam 7 Nov 2009 - 2:20

Merci car, n'ayant jamais réfléchi à cette question, je ne savais pas. Ce que vous écrivez est tout à fait logique.

Cela me renvoie à la question suivante : l'Eglise Catholique s'et-elle, à votre connaissance, positionnée par rapport à celà ?
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Sam 7 Nov 2009 - 5:39

J e sais que le CCFD Comité CAtholique contre la fait et pour le Développement soutient en Afrique des associations qui travaillent à conserver les semences naturelles pour que les paysans ne soient pas tributaires de boites internationales et surtout qu'ils puissent garder un savoir faire.
Quand l'Eglise prend position pour le respect de la nature et de l'environnement, cela va dans ce sens.
De même quand elle parle d'un partage juste des richesses et que les productions de rente ne fassent pas oublier les productions vivrières. Je n'ai pas le temps de le chercher mais il me semble qu'il y a un passage la dessus dans l'encyclique Populorum progressio reprise par Benoit XVI
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Sam 7 Nov 2009 - 8:57

Voici un passage de la dernière encyclique de Benoit XVI
27. Dans bien des pays pauvres, l’extrême insécurité vitale, qui est la conséquence des carences alimentaires, demeure et risque de s’aggraver: la faim fauche encore de très nombreuses victimes parmi les innombrables Lazare auxquels il n’est pas permis de s’asseoir, comme le souhaitait Paul VI, à la table du mauvais riche [64]. Donner à manger aux affamés (cf. Mt 25, 35.37.42) est un impératif éthique pour l’Église universelle, qui répond aux enseignements de solidarité et de partage de son Fondateur, le Seigneur Jésus. Éliminer la faim dans le monde est devenu, par ailleurs, à l’ère de la mondialisation, une exigence à poursuivre pour sauvegarder la paix et la stabilité de la planète. La faim ne dépend pas tant d’une carence de ressources matérielles, que d’une carence de ressources sociales, la plus importante d’entre elles étant de nature institutionnelle. Il manque en effet une organisation des institutions économiques qui soit en mesure aussi bien de garantir un accès régulier et adapté du point de vue nutritionnel à la nourriture et à l’eau, que de faire face aux nécessités liées aux besoins primaires et aux urgences des véritables crises alimentaires, provoquées par des causes naturelles ou par l’irresponsabilité politique nationale ou internationale. Le problème de l’insécurité alimentaire doit être affronté dans une perspective à long terme, en éliminant les causes structurelles qui en sont à l’origine et en promouvant le développement agricole des pays les plus pauvres à travers des investissements en infrastructures rurales, en systèmes d’irrigation, de transport, d’organisation des marchés, en formation et en diffusion des techniques agricoles appropriées, c’est-à-dire susceptibles d’utiliser au mieux les ressources humaines, naturelles et socio-économiques les plus accessibles au niveau local, de façon à garantir aussi leur durabilité sur le long terme. Tout cela doit être réalisé en impliquant les communautés locales dans les choix et les décisions relatives à l’usage des terres cultivables. Dans une telle perspective, il serait utile de considérer les nouvelles frontières qui sont ouvertes par l’usage correct des techniques de production agricole aussi bien traditionnelles qu’innovantes, à condition que ces dernières, ayant été étudiées attentivement, soient reconnues convenables, respectueuses de l’environnement et attentives aux populations les plus défavorisées. En même temps, la question d’une juste réforme agraire dans les pays en voie de développement ne devrait pas être négligée. Le droit à l’alimentation, de même que le droit à l’eau, revêtent un rôle important pour l’acquisition d’autres droits, en commençant avant tout par le droit fondamental à la vie. Il est donc nécessaire que se forme une conscience solidaire qui considère l’alimentation et l’accès à l’eau comme droits universels de tous les êtres humains, sans distinction ni discrimination [65]. Il est en outre important de souligner combien la voie de la solidarité pour le développement des pays pauvres peut constituer un projet de solution de la crise mondiale actuelle, comme des hommes politiques et des responsables d’Institutions internationales l’ont mis en évidence ces derniers temps. En soutenant les pays économiquement pauvres par des plans de financement inspirés par la solidarité, pour qu’ils pourvoient eux-mêmes à la satisfaction de la demande de biens de consommation et de développement provenant de leurs propres citoyens, non seulement on peut produire une vraie croissance économique, mais on peut aussi concourir à soutenir les capacités de production des pays riches qui risquent d’être compromises par la crise.
Revenir en haut Aller en bas
antoine henry
Nouveau
Nouveau
avatar


MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Sam 7 Nov 2009 - 10:19

Bonjour,

Et comme il n'y a pas de hasard dans la vie, voici un communiqué d'hier que je trouve sur le site Zenith et qui répond justement à la question de la position de l'Eglise sur ces questions climatiques.
Je vous en communique le lien.
Bon week end.

http://www.zenit.org/article-22583?l=french
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Dim 8 Nov 2009 - 15:30

J'ai vu pour certaine ethnie qu'il y avait un rituel pour demander pardon à la bête que l'on allait tuer pour se nourrir.
De même pour le départ à la chasse.
cela pour dire le lien profond que nous avons avec notre environnement.
Pendant un temps et encore aujourd'hui nous pensons que nous pouvons tout tirer de la terre et le plus possible. Nous oublions que la vie est fait d'échange. Nous pouvons prendre ce qui nous est nécessaire à la condition que nous donnons
Dans la Bible l'année sabbatique répond à ce besoin.

Un chercheur Ïsraëlien en agronomie me disait: les carottes que nous cultivons ont tellement d'engrais, de produit chimique que je ne sais pas si elles méritent la bénédiction de Dieu. Je ne sais pas si Dieu peut reconnaitre sa créature
Revenir en haut Aller en bas
fil bleu
Martyr du forum
Martyr du forum



MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   Dim 8 Nov 2009 - 16:29

Nous pouvons dire le Psaume 148 pour le sommet de Copenahgues
Alleluia!
Louez le Seigneur depuis les cieux
Louez-le dans les hauteurs
Louez-le, vous tous ses anges
Louez-le, vous toutes son armée
Louez-le, soleil et lune
Louez-le, vous toutes les étoiles brillantes
Louez-le, vous les plus élevés des cieux
et vous les eaux qui êtes par-dessus les cieux

Qu'ils louent le Nom du Seigneur
car il commanda, et ils furent créés
Il les établit à tout jamais
Il fixa des lois qui ne passeront pas

Louez le Seigneur depuis la terre
dragons et vous tous les abimes
feu et grêle, neige et brouillard
vent de tempête excécutant sa Parole
montagnes et toutes les collines
arbres fruitiers et tous les cèdres
bêtes sauvages et tout le bétail
reptiles et oiseaux
rois de la terre et tous les peuples
princes et tous les chefs de la terre
jeunes gens, et vous aussi jeunes filles
vieillards et enfants

Qu'ils louent le Nom du Seigneur
car son nom est sublime, lui seul,
sa splendeur domine la terre et les cieux.
Il a relevé le front de son peuple.
Louange pour tous ses fidèles
les fils d'Israël, le peuple qui lui est proche!
Alléluia!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La place de la religion dans les questions climatiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
La place de la religion dans les questions climatiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La sagesse de Salomon :: Sujets divers-
Sauter vers: