Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Guérison de nos relations intrafamiliales

Aller en bas 
AuteurMessage
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeLun 12 Juil 2010 - 14:58

Pour faire écho au fil de discussion sur la guérison intérieure, je propose cette homélie à méditer pour guérir nos relations intrafamilales souvent ambigües...

Mt 10, 34-42 ; 11, 1

Jésus disait aux douze Apôtres : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.
« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera.
« Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité d'homme juste recevra une récompense d'homme juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense. »
Jésus acheva ainsi de donner ses instructions aux douze disciples, puis il partit de là pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

Homélie

« Je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive » : étonnante affirmation de la part de celui qui se présente comme le « Prince de la paix » (Is 9, 5) ! Au moment du grand passage, Jésus ne promet-il pas à ses disciples : « Je vous laisse la paix » ? Il est vrai qu'il ajoute : « Je ne vous la donne pas comme vous la donne le monde » (Jn 14, 27). Nous voilà donc avertis : il y a paix et paix. Une paix « naturelle » ou « mondaine », strictement individualiste, qui se réduit à l'absence de guerre extérieure et la sauvegarde d'une certaine sérénité intérieure. Et une paix surnaturelle qui correspond au Règne de la charité, et ne s'obtient qu'au prix d'une lutte opiniâtre contre nos affections désordonnées : « le Royaume souffre violence, et des violents s'en emparent » (Mt 11,12). C'est pour une nouvelle création que le Verbe s'est fait chair ; et celle-ci se réalise, tout comme la première, à travers une série d'actes de séparation. Cependant il ne s'agit plus de séparer les eaux d'en bas et les eaux d'en haut, ni la mer de la terre (Gen 1, 6-10) ; mais « l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère ». Le glaive de la Parole vient dénoncer l'ambiguïté de toute affection, aussi légitime soit elle, qui viendrait immobiliser notre progression vers Dieu en nous liant à nos compagnons de route.
Il est clair que Jésus ne dénonce pas nos amours authentiques ; mais qui d'entre nous n'est pas « lié », voire « enchaîné » secrètement à l'un de ses proches par quelque « attachement désordonné » ou par quelque ressentiment ? Ce sont tous ces liens ambigus dont le Seigneur veut nous libérer, pour que nous puissions grandir vers des relations vraies, purifiées des séquelles du péché. Un tel cheminement implique un véritable arrachement au vieil homme et à toutes ses passions, et la mise en route pour une traversée du désert à la suite de Celui qui « en sa personne a tué la haine » (Eph 2,16) en donnant sa vie pour ses ennemis.
Les Paroles de Jésus ne sauraient en aucun cas être interprétées comme le discours chagrin d'un Dieu jaloux de nos affections humaines, qui brandirait la croix menaçante au-dessus de nos joies familiales. Il s'agit plutôt de l'invitation à ne pas nous arrêter en cours de route : les réalités créées ne sont que l'image des dons que Dieu nous réserve. Hélas depuis le péché, cette image est devenue opaque : loin de faire resplendir ce qui s'annonce à travers elle, elle nous en détourne tout au contraire et nous garde prisonnière de son reflet illusoire. Si la paternité et la maternité humaines ne nous conduisent pas à pressentir et à désirer la paternité et la maternité divines d'où elles découlent et qu'elles sont chargées de révéler, mieux vaut laisser le glaive de la Parole couper ces affections dés-ordonnées. A quoi bon être né de la terre, si la paternité terrestre ne nous conduit pas à prier « Notre Père qui est aux cieux » ? C'est en acceptant de perdre notre vie naturelle à cause du Christ, que nous trouverons la vie surnaturelle ; et avec elle nous sera rendu au centuple ce à quoi nous avions renoncé.
Osons nous exposer à la Parole de Vérité qui nous arrache à tout ce qu'il y a d'inauthentique dans nos rapports familiaux, afin de pouvoir nouer des relations humaines non plus sur le sol aride de nos affectivités blessées, mais sur la bonne terre de la charité divine. Alors nous porterons du fruit, « trente, soixante, cent pour un » (Mt 13, 23).

Père Joseph-Marie

Source : www.homelies.fr

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
DamienH
Martyr du forum
Martyr du forum
DamienH


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeMar 10 Aoû 2010 - 7:11

Déterrage de sujet et rebond tardif!

Merci pour cette belle et inspirante homélie Hélène.

Je crois que cet aspect fondamental du discernement et de la décision proposés par Jésus sont en effet mal connus et souvent laissés dans l'ombre. Et je comprends que ce visage de pacificateur qui tranche les liens au glaive puisse dérouter : le grand public attend un Jésus docile, doux, qui se laisse crucifier calmement, un Jésus qui pardonne tout. Mais tout pardonner ne veut pas dire tout accepter! Surtout lorsqu'il s'agit de choses qui limitent, qui oblitèrent la liberté des Hommes. Là, Jésus se révèle un guerrier infatigable qui force la décision. Or, décider vient du latin "decidere", couper, trancher! CQFD. Le Seigneur nous propose donc de nous dégager des liens et relations indues, même celles qui sont apparemment socialement valorisées (attachement aux parents, au compagnon de vie...) et qui nous apportent en plus un confort ouaté.

Pourquoi se faire mal diront certains? Encore une gratuite auto-flagellation si propre aux catholiques? Une des racines du mot glaive renvoie d'ailleurs à la douleur et au déchirement.
Car Jésus ne parle que de trancher les liens qui nous limitent, ceux qui nous emprisonnent. Ce sont les attachement (au sens propre) qui provoquent inertie et apathie. Ce sont nos cages dorées affectives, que bien souvent on met une vie à bâtir nous même, pour mieux nous y emprisonner.
Comment repérer ces attachements déviants? Notre inconscient nous en défend le plus souvent, car ils compensent quelque chose, car ils sont les emplâtres qui cachent la jambe de bois, et personne ne veut se savoir cul de jatte! Nos proches vivent des liens du même type et ne souhaitent pas être confrontés, au travers de notre prise de conscience, à cette réalité: ils nous poussent donc eux aussi, inconsciemment à cette homéostasie (absence de mouvement) mortifère qui justifie la leur. Ce n'est pas gagné, d'autant qu'a première vue, on nous donne des injonctions contradictoires: "tu honoreras père et mère". Hé bien Jésus nous le dit : le seul moyen d'honorer, c'est d'être séparé. Dans un lien fusionnel, on tourne en boucle, on s'honore soi-même, on est à l'antithèse de la charité.
Comme charité bien ordonnée commence par sois-même, comment dépasser notre nature, en somme, et améliorer ce que l'on ignore être faussé en nous? Seul Jésus, seule "la parole de vérité" peut agir à cette profondeur.

Mon ostéopathe marseillais, un homme d'exception, est parti en vacances en retraite spirituelle pour soigner ses relations familiales. Toutes ces choses sont gravées dans notre âme, dans nos émotions et dans notre corps. Le seul moyens d'atteindre le coeur et l'âme dans un but thérapeutique, c'est la spiritualité. Mais cela ne veut pas dire qu'un travail sur le reste, sur la psyché, sur notre présence au monde corporel n'est pas le relais indispensable de ce travail des profondeurs (ou des hauteurs, c'est selon clindoeil ). Si ça ne finit pas par s'ancrer dans le vivant, par se traduire dans les actes, on est dans la stérilité. Or, la stérilité relationnelle, l'homéostasie dont je parlais plus haut est le symptôme principal d'attachements malades.

Autant dire que le travail ne cessera jamais. Monter et descendre l'échelle de Jacob. S'élever vers les cieux pour mieux descendre "à la mine". Revenir sur soi, ce que l'on est, ce que l'on fait "in concreto" pour mieux libérer son âme. C'est la genèse intérieure, c'est la séparation du sec et de l'humide, c'est notre mission sur terre : sécher au feu de l'amour divin les terres humides de nos profondeurs humaines.

Je vais devoir m'y remettre, dès que j'aurai déposé mes valises à Genève. L'ampleur du chantier me fait bien peur, mais je sais que je ne me perdrai pas car le Seigneur est mon berger. Je vais essayer d'attaquer sur tous les front en même temps, car les demi-mesures ne me réussissent pas et nourrissent ma grande lâcheté; car tout être humain aime l'homéostasie. En septembre, je vais donc tenter de reprendre mon corps en main. Je vais donc aller creuser dans ma psyché agitée et je vais m'exposer le plus que je le peux à la vérité de notre seigneur en lui ouvrant plus ma vie. Je ne sais pas si je vais parvenir à bouger, ni si j'aurai le courage de faire ce que je vous dit là. Et croyez bien que je vous dis ça non pas par vantardise ou fierté, mais plutôt pour me coincer encore un peu plus et m'empêcher de renâcler devant l'obstacle.
Mais je n'ai pas le choix : en vérité, l'homéostasie est un fantasme. Elle n'existe pas. Si on n'avance pas, on recule, et j'ai bien trop reculé ces dernières années.
Je vais avoir besoin de votre soutien et de vos prières. Je vais avoir besoin du glaive de Jésus, que j'appelle de mes voeux... ce qui ne m'empêche pas aussi de serrer les fesses de trouille.


Dernière édition par DamienH le Mar 10 Aoû 2010 - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeMar 10 Aoû 2010 - 8:33

Tu n'es pas loin du Royaume des cieux cher Damien ! Eh oui, ça fait mal le glaive mais une fois que le Seigneur a passé sa douce main sur la plaie pour la guérir, quel bonheur ! Quelle Paix ! Quelle joie ! Il ne nous demande pas de ne pas aimer nos proches, au contraire, mais de les aimer de l'Amour-même de Dieu et pour cela, il faut Le laisser nous libérer de tout ce qui fait obstacle (càd nous-même !). L'idée de la guérison est de pourvoir être libre... pour aimer. Réellement, en Vérité.

Dieu crée en séparant... les eaux d'en haut des eaux d'en bas... etc.

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
DamienH
Martyr du forum
Martyr du forum
DamienH


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeJeu 12 Aoû 2010 - 6:22

Pffff... pas loin, ce n'est pas l'impression que j'en ai ces temps-ci! Je vis la brûlure, le crépuscule de l'âme dont parle sainte Thérèse. Je sens bien que l'épreuve vise à renforcer la foi, et les attaques, si elles me font fléchir, ne me font pas douter.
Mais merci pour les encouragements!
Revenir en haut Aller en bas
Cessounette
Martyr du forum
Martyr du forum
Cessounette


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeSam 14 Aoû 2010 - 10:44

DamienH a écrit:
Pffff... pas loin, ce n'est pas l'impression que j'en ai ces temps-ci! Je vis la brûlure, le crépuscule de l'âme dont parle sainte Thérèse.
DamienH a écrit:
Je sens bien que l'épreuve vise à renforcer la foi, et les attaques, si elles me font fléchir, ne me font pas douter.
Cher Damien,

J'ai scindé ta phrase en 2, pour mettre en lumière une belle contradiction... Car même si d'une part tu ressens cette brûlure, ce crépuscule, de l'autre tu pressens sais déjà que c'est pour te faire avancer... Very Happy Ce qui me fait penser, comme Hélène, qu'effectivement tu n'es pas loin du but. clindoeil Je ne doute pas que tu en sortiras grandi, mais n'hésite jamais à demander le secours du Seigneur...

Je te souhaite un bon courage pour l'avenir, et te garde dans mes prières.
Revenir en haut Aller en bas
DamienH
Martyr du forum
Martyr du forum
DamienH


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeSam 14 Aoû 2010 - 14:10

Ces temps-ci, chère Cessounette, je suis une contradiction sur pates, et si je ne suis pas scindé en deux aussi matériellement que que ta tendre (et juste) démonstration ne le révèle, c'est, je le crois, grâce à Dieu et à la foi.

Quand je dis "je sens bien", c'est plus "j'espère bien" que je pense en fait. Il ne reste que ma foi, car je me sens un peu comme déconnecté, à coté de cette relation au père qui a été si claire et si prégnante auparavant. Un peu comme un aveugle dans le noir, les yeux fermés, mais qui persiste à croire que le monde est bien là, qu'Il existe et reste à ses cotés, même sans en avoir la moindre perception. La foi quoi...

Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeSam 14 Aoû 2010 - 19:09

Cher Damien,

Je te suggère vivement de lire "La vive flamme d'amour" ainsi que "La nuit obscure" de saint Jean de la Croix. Ces deux bouquins sont pour moi des lumières sur ma route car je n'ai pas de directeur spirituel et savoir que "être dans le noir", déconnecté, se sentir vide, à sec ou je ne sais quoi est un signe que nous sommes sur le bon chemin : celui de la purification de la foi qui nous libère de nos sens est plutôt apaisant. Ce que tu vis est probablement ce que saint Jean de la Croix appelle "la nuit des sens". Ne soit pas effrayé et évite de t'agiter dans la tempête : laisse-Le faire.

Courage mon frère ! Qui a dit que c'est plate d'être chrétien ? Very Happy

Hélène

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
Invité
Invité



Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeDim 15 Aoû 2010 - 5:23

En parlant de relation intrafamiliale, mon "glaive" à moi ce sont ces deux frères anciennement catholiques convertis à l'islam depuis des années qui ne cessent de préoccuper les pensées de ma mère et des miennes également. C'est comme une trahison, une épée en plein cœur, un renoncement à ce que mes parents ont voulus nous offrir comme vie et comme valeur. Elles ont été piétinés par mes deux frères et c'est extrêmement difficile de continuer à les aimer après ça.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitimeDim 15 Aoû 2010 - 9:38

Ça c'est vraiment une épine dans la chair...

Pense à la famille de Jésus, certains de son proche entourage n'ont pas cru en lui... et Lui était l'Amour, la Lumière en Personne !

Parfois, il vaut mieux prendre des distances et les remettre à la Miséricorde de Dieu car s'entredéchirer n'est pas très constructif. Comme, je le disais, Dieu créé en séparant... c'est parfois douloureux mais nécessaire. Ça n'empêche nullement de les aimer. Au contraire...

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
Contenu sponsorisé




Guérison de nos relations intrafamiliales Empty
MessageSujet: Re: Guérison de nos relations intrafamiliales   Guérison de nos relations intrafamiliales Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Guérison de nos relations intrafamiliales
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La Galilée quotidienne :: Famille-
Sauter vers: