Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Le surendettement : deux poids et deux mesures.

Aller en bas 
AuteurMessage
Bernard Cherlonneix
Nouveau
Nouveau



Le surendettement : deux poids et deux mesures. Empty
MessageSujet: Le surendettement : deux poids et deux mesures.   Le surendettement : deux poids et deux mesures. Icon_minitimeVen 17 Aoû 2012 - 11:37

"Bonjour,

J'ai vu que l'on parle ici de politique et d'économie avec l'espérance d'un renouveau d'un renouveau dans ces deux domaines. Je me permets de m'immiscer dans le débat en proposant le thème du surendettement.

Je voudrais juste dénoncer ici, que selon que nous soyons pauvres ou puissants, le traitement du surendettement ne sera pas le même.

D'un côté il y a le surendettement des particuliers, encadré et combattu et de l'autre celui du surendettement de notre Etat, qui lui, est très loin d'être encadré, et encore plus loin d'être combattu. Pour prouver cela il me suffit de rappeler que cela fait près de 37 années que la France n'a pas su produire un budget à l'équilibre !

Deux poids, deux mesures, donc. Et cette situation mérite, je pense, que l'on y réfléchisse un peu. Imaginez un particulier que se trouverait dans la situation d'un Etat, il y a là pour lui de quoi rêver. Le particulier, en effet rappelons-le, est surendetté dès que les mensualités de crédit dépassent sa capacité de remboursement. Et si sa capacité de remboursement est inférieure sur le long terme aux mensualités de remboursement contractuelles, sa situation est dite "irrémédiablement compromise". Mais par contre, en ce qui concerne l'Etat, l'indicateur retenu pour lutter contre son surendettement consiste en un pourcentage du PIB, mis au point par...les États, et cela ne serait déjà pas si mauvais si cet accord sur les 60 % (plafond théorique de la dette publique rapportée au PIB), qui fut signé par les Etats européens en 1996 à Dublin, n'avait depuis longtemps été foulé aux pieds.

Deux poids deux mesures, et supercherie démocratique aussi, car le critère retenu - le pourcentage de PIB - est de nature politique et largement complaisant à l'égard de l'Etat. Il a été retenu par ce dernier car il permet de minimiser la gravité des déficits et de la dette aux yeux du bon peuple. C'est un peu comme si l'on rapprochait la perte nette comptable d'une entreprise du chiffre d'affaires de son secteur économique. En toute honnêteté la dette publique devrait être rapportée - non pas au PIB ou aux dépenses publiques - mais aux recettes budgétaires de l'Etat.

En réalité donc, et c'est ici que les choses s'éclaircissent hélas pour nous, afin d'avoir une image fidèle de la situation des finances de notre Etat, il faudrait rapprocher la dette de la capacité de remboursement de l'Etat, qui ne peut être qu'une partie de son revenu (de ses ressources budgétaires, soit 290 milliards d'euros), car la plus grande partie est absorbée par des charges courantes incompressibles, les salaires de la fonction publique par exemple, et qui ne peut donc être consacrée au remboursement de la dette. Si l'Etat parvient à dégager chaque année une fraction de son budget et le consacre ensuite au remboursement de la dette, c'est alors seulement que cette dernière diminuera enfin. Prenons alors en compte le montant du "service de la dette", qui s'élève à près de 50 milliards d'euros, et qu'il faudra nécessairement dépasser pour commencer à rembourser, et nous voyons alors réellement l'effort à consentir pour lutter contre le surendettement de l'Etat. Rappelons enfin que la dette s'élève à près de 1800 milliards d'euros...cela laisse songeur sur l'irréalité de la situation, qui se reflète bien dans les discours et les actes de nos gouvernants, qu'ils soient de droite ou de gauche d'ailleurs.
Nous sommes donc bien dans une situation de gouvernance financière aberrante, et qui confine à l’absurde. Une situation qui prévaut hélas, à quelques exceptions près, dans de nombreux pays et il est clair que le mensonge et la complaisance de nos dirigeants sont les premiers coupables.

Pour conclure et ouvrir le débat, je vous pose la question de savoir comment en est-on arrivé là, car moi j'ai bien une petite idée, mais je vous laisse à vos réactions éventuelles.

Merci, et à bientôt

Bernard
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
gerardh
Apôtre
Apôtre



Le surendettement : deux poids et deux mesures. Empty
MessageSujet: Re: Le surendettement : deux poids et deux mesures.   Le surendettement : deux poids et deux mesures. Icon_minitimeVen 17 Aoû 2012 - 13:19

______

Bonjour,

Pour moi ce fut du laxisme, de l'opportunisme et de la démagogie de la part des Etats.

Mais maintenant la question est : comment s'en sortir ? et ce sans obérer la croissance économique.


_________
Revenir en haut Aller en bas
Bernard Cherlonneix
Nouveau
Nouveau



Le surendettement : deux poids et deux mesures. Empty
MessageSujet: Re: Le surendettement : deux poids et deux mesures.   Le surendettement : deux poids et deux mesures. Icon_minitimeMar 26 Mar 2013 - 14:08

Bonjour,

J'ai franchis le pas, et je me suis mis au blog.

Le voici donc : https://bernardcherlonneix.wordpress.com

Vous y retrouverez si vous voulez mes articles dans la Croix, et des réflexions plus personnelles (en cours), toujours traitant de l'actualité financière et économique de notre pays.

Bien à vous tous,

Bernardhttps://bernardcherlonneix.wordpress.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le surendettement : deux poids et deux mesures. Empty
MessageSujet: Re: Le surendettement : deux poids et deux mesures.   Le surendettement : deux poids et deux mesures. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le surendettement : deux poids et deux mesures.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La sagesse de Salomon :: Politique-
Sauter vers: