Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 LE DIVORCE

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Spe Salvi
Intime
Intime
Spe Salvi


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 15 Nov 2010 - 8:25

Certaines raisons auraient pu m'encourager à demander que la dissolution de ma première union soit reconnue, en effet, une pression psychologique forte avait été exercée sur mon "ex"-époux et ce n'est pas libre qu'il avait accepté de m'épouser, mais contraint. Il n'a jamais manqué de me le rappeler, d'ailleurs, même à la veille de lancer sa procédure de divorce. Il voulait vivre avec moi, mais ne voulait pas du mariage.
Baptisé, mais pas croyant, il n'a pas bien compris ce que signifiait ce sacrement.

Cela dit, comme lui ne songe pas à demander cette reconnaissance de nullité pour notre union, il m'a semblé que je n'avais pas moi-même à en formuler la requête, parce que, moi, je le voulais, ce mariage, qui nous a fait pourtant tellement de mal.

A trente ans, sans enfant, seule et abandonnée, malade et dépendante, j'ai dû me reconstruire malgré tout, m'accrocher et renaître. Je ne l'ai pas fait toute seule : le Seigneur a tout fait, c'est Lui qui m'a prise en main, par tous les moyens qu'Il a trouvés.

Voici un an qu'un homme délicat et tendre m'a proposé le "remariage". Et contrairement à tous mes principes, à toutes mes angoisses et à tous mes dégoûts vis à vis de la vie conjugale que je croyais avoir connue et que je regardais maintenant comme un chemin de croix épouvantable, j'ai fini par accepter.
J'ai trente-cinq ans et je suis à peine mariée, moi qui avais quitté le foyer familial à 18 ans, mariée devant Dieu et monsieur le Maire. Je devrais fêter cette année dix-sept années d'une mariage de pain noir et de souffrance et je fête une seule et première année de joie et de pain blanc.

La souffrance a été déchirante et très grande pour toute une foule de causes qu'il serait déplacé de relater ici, mais la joie de pouvoir s'ouvrir à quelqu'un, de découvrir le véritable amour et de construire enfin quelque chose de solide avec un homme, je remercie tous les jours le Seigneur de me donner l'occasion de le vivre.

Voici pour un résumé très allégé de ma situation, pardonnez-moi d'avoir écrit tout cela, c'est pour que vous compreniez ma position plus aisément.

Voici enfin ce qui peut nous intéresser réellement pour cette discussion :

Ma détermination est de suivre les consignes de l'Eglise pour ma situation : communion du désir, union spirituelle avec tous mes frères et toutes mes sœurs, et éloignement respectueux des sacrements. Toutes les dévotions que je veux pratiquer me sont ouvertes : adoration eucharistique, dévotion au Coeur Sacré de Jésus, Rosaire, etc. Ce sont d'immenses joies et autant de nourritures célestes qui préservent mon âme et m'accompagnent chaque jour.

Je suis la première à désirer que l'on approche du Saint Corps de Notre Seigneur avec la plus grande pureté, la plus grande vénération. C'est pour cela que je reçois cette eucharistie "uniquement" spirituelle, de tout mon cœur et de toute mon âme, j'en comprends certainement plus que jamais le prix, alors que je ne reçois plus le pain ni le vin de la Vie éternelle.

Ma relation avec le Seigneur et sa Très-Sainte Mère n'a fait que s'intensifier, à la suite de toutes ces années de souffrance et de ces douloureuses épreuves, je ne me sens ni exclue, ni "punie". Plus j'accepte ce que je dois accepter, plus je me sens libre et plus mon cœur se dilate, moins j'ai de tendance à déplorer mon état, ma situation, mes petits bobos. Smile

Je me soumets seulement à ce que mon Eglise me demande, parce que c'est me soumettre au Seigneur et Lui faire honneur à Lui, que d'obéir à l'Eglise.
Il me semble que je ne serais pas plus heureuse en allant "prendre" (et non plus "recevoir") le corps du Seigneur, même si, au fond, connaissant ma situation, je sais qu'Il ne me condamne pas et ne le fera jamais, Il s'est d'ailleurs plusieurs fois manifesté pour m'encourager à ce nouveau départ. Smile

Si notre président a pris le risque de recevoir l'Eucharistie dans la situation où il se trouve, je pense que la réponse n'est qu'entre le Seigneur et lui : il saura un jour s'il a bien fait. Peut-être ne prend-il pas tout-à-fait conscience de toute la sainteté et toute la grandeur du sacrifice du Seigneur pour nous et, dans ce cas, serait-il véritablement coupable?
Pour ma part, je ne me prononcerai pas. Vous connaissez ma position pour moi-même, mais sa vie à lui, je ne la connais pas.

Le Saint corps de Notre Seigneur, personne n'en est digne, pas même celui d'entre nous qui se veut le plus "en règle" aux yeux des Hommes : c'est une grâce, un don ineffable. Ce n'est un dû pour personne. Ainsi, que ceux qui sont appelés à la sainte Eucharistie s'y rendent, dignement, pleins de respect et de reconnaissance, et que ceux qui sont appelés à recevoir la bénédiction des petits enfants la reçoivent dans le même état, voilà mon idée.

L'enseignement du Seigneur est que, sur cette Terre, nous obéissions à la loi des Hommes. Lui, sonde les reins et les cœurs, et je m'inquiète d'avantage pour ceux qui approchent l'Eucharistie sans prendre conscience de la grandeur et de la sainteté de ce qu'ils reçoivent que de ceux qui s'en gardent par obéissance ou par scrupule.

Si mon coeur est en paix, si je me sens tout autant aimée que n'importe quel autre enfant de Dieu, je ne me sens pas pour autant exemptée des devoirs et restrictions où ma situation me place, comme chacun d'entre nous. Nous avons des devoirs et "nous ne sommes que des serviteurs".

Par soumission au Seigneur, je me soumets à Sa Sainte Eglise, et par amour pour mes frères et sœurs, je préfère témoigner que l'on peut assumer ses actes et la situation où le Seigneur a permis que l'on se trouve, demeurer dans le sein du Père, et vivre pleinement sa foi, avec une âme calme et sans rébellion, sans rancœur. C'est donner une goutte d'eau pour obtenir, j'en témoigne, un océan de douceur et de réconfort.

Il n'est pas difficile de se rendre compte de l'indignité où l'on se trouve, qui que nous soyons, de recevoir le Seigneur, mais on peut le recevoir dans son cœur et je garantis qu'Il vient chez qui L'appelle et sans retard, avec des grâces plein les bras. Réclamer comme un dû ce qui est un don, ça ne me paraît pas raisonnable.

Mais je ne parle, en tout cela, que pour moi.
Chacun sent des choses différentes, nous sommes tous différents. Peut-être que certains reçoivent d'autres formes d'encouragement et que c'est pour cela qu'ils sentent en eux la possibilité d'aller communier. Là, je ne saurais rien dire. Smile

Pardon d'avoir été si longue.

Dans le Seigneur, et en union de prière,
Spe salvi facti sumus. Smile


Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 15 Nov 2010 - 8:46

Un très grand merci Spe Salvi pour votre témoignage très important !

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
levergero
Banni
Banni
levergero


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 15 Nov 2010 - 8:47

Citation :
Pardon d'avoir été si longue.


Pas du tout, votre histoire personnelle est fort intéressante et édifiante.

Je pense quand même que vous auriez dû tenter l'annulation de votre mariage religieux puisque votre ex-mari vous a épousé, semble-t-il, sous la contrainte.
Revenir en haut Aller en bas
http://jean-paul.vefblog.net
Hervé
Intime
Intime



LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 15 Nov 2010 - 10:27

Merci Spe Salvi pour ce témoignage. J'apprécie votre position respectueuse de l'Eglise : vous avez bien conscience de la beauté de l'Eucharistie et même si vous ne pouvez pas communier, vous participez pleinement à la vie chrétienne.

Il me semble que vous êtes sur le bon chemin, avec un tel amour pour le Christ ! Very Happy

De mon côté, j'ai eu la chance de grandir dans une famille très unie. Ni mes parents ni aucun de mes oncles et tantes proches n'ont été touchés par un divorce. A l'heure actuelle, ça devient presque rare de trouver des familles entières qui vivent le mariage catholique jusqu'à la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Spe Salvi
Intime
Intime
Spe Salvi


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeMar 16 Nov 2010 - 4:22

Merci beaucoup à vous trois pour vos encouragements tout fraternels, qui me vont droit au cœur. sunny

Cher levergero, la situation est malheureusement trop complexe et ne me permet pas d'agir ainsi, je vais vous expliquer pourquoi je ne formulerai pas moi-même cette requête.

Si un jour mon ex-époux désirait entreprendre cette démarche, je n'y opposerais aucune objection, pusique cela signifierait qu'il considère soudainement comme nul et non advenu tout ce que nous avons vécu ensemble. Sa décision de divorce ne tenait pourtant pas à cela et cette idée nouvelle ne me mettrait pas tout à fait à l'aise : il m'a aimée, ne l'a jamais nié. Il avait juste le désir de vivre "libre", en solitaire, pas en couple. Je suis arrivée un peu comme un cheveu sur la soupe et il a eu comme une faiblesse, en tombant amoureux de moi, alors qu'il était déterminé pour toujours à ne pas se marier, à ne pas vivre avec quelqu'un.

Mais pour moi, je n'oserais pas aller, devant Dieu et devant les Hommes, prétendre qu'il n'y a pas eu d'amour entre cet homme et moi. J'espère qu'il conservera lui aussi la sincérité nécessaire pour s'en tenir aux mêmes dispositions.
La contrainte pour en venir à l'acte du mariage est une chose... Mais lorsqu'on est prêt à aimer une personne, dans son cœur et physiquement, que l'on désire vivre avec elle -que l'on a même matériellement tout prévu pour cela -, ce qui était son cas, je crois que cela ne peut pas autoriser à se "retirer", parce qu'avant le sacrement, il y a eu l'engagement du cœur, intime et profond. Et je ne peux que témoigner du fait que nous l'avions tous les deux.

On peut avoir peur de l'engagement officiel et s'y sentir contraint, mais si l'on désire une femme chrétienne, on se doit de s'engager, il savait cela depuis notre rencontre.
Il a, certes, subi cette contrainte-là, mais ce n'est pas comme s'il n'avait pas éprouvé d'amour pour moi : l'amour entre deux êtres appelle le sacrement, quand il est véridique. Et il a certainement cru qu'il pourrait bouleverser ses projets de vie solitaire et "libre" par amour pour moi. Finalement, cela est devenu impossible pour lui et je le comprends. Il avait renoncé à lui-même pour moi.

Ainsi, dans les faits, si l'on veut, la requête serait possible, mais moi, face à mon Seigneur, je ne veux pas de ça : nous mentirions, mon ex-époux aussi mentirait, il le sait. Un mariage où l'amour a trouvé place, ne serait-ce que pendant quelques années, et qui est le fruit d'un amour mûri ensemble pendant deux années de fiançailles et de réflexion, c'est un mariage qui n'a jamais été nul et non advenu, selon moi.

Bien sûr, on peut toujours se demander ce que l'on ferait si c'était à refaire... Vivre ensemble comme ça, sans le sacrement, honnêtement... si c'était à refaire, éh bien non, je brûlerais de nouveau mon unique "ticket". Smile On ne se refait pas!
Je ne sais pas vivre l'amour sans m'engager, surtout devant le Seigneur.

Avec l'homme très doux qui m'a réconfortée et qui, malgré cette situation très difficile, a souhaité me proposer une perspective de vie à deux, maintenant, je peux dire que je découvre ce qu'aurait dû être mon mariage. Mais quant à requérir un nouveau sacrement... Je mentirais : j'ai aimé, j'ai tellement aimé! Dieu le sait, Il m'a donné cet amour, Il l'a placé dans mon cœur.
Je vis cette nouvelle existence en grande vigilance : je n'ai plus le droit à l'erreur, aux caprices d'enfant, aux dérapages ridicules dont on est capable quand on n'a encore rien perdu, quand le divorce n'est une réalité que dans la famille des autres. Pour moi, cette situation "hors règles", qui me rappelle chaque jour la précarité des choses, m'est comme un appel constant à examiner mon comportement. Le Seigneur m'a donné non pas une autre chance, ou un second départ, mais une dernière chance. Maintenant, je dois Lui faire honneur en tout, même dans cette situation bancale et inconfortable. Smile

Alors j'aime, exclusivement, mon compagnon et époux devant la loi civile, je l'aime certainement encore plus que ce que j'ai pu aimer avant, je l'aime "mieux", disons, parce que je suis plus mûre (j'ai 17 ans de plus, cela compte) et que la souffrance m'a ouvert les yeux, ma dépouillée, aussi, de beaucoup de choses. Mais nous sommes bien comme cela, nous acceptons la situation telle qu'elle est et nous ne voulons pas l'accommoder pour notre confort. Lui est agnostique et cependant baptisé ; ... moi, vous savez déjà. ;-)
Je vis ma relation au Seigneur du mieux que je peux, je saisis toutes les occasions, toutes les dévotions qui me sont ouvertes, toutes les mains tendues, toutes les branches qui me permettent de me relever et de marcher avec mes frères et sœurs et je me love dans votre amour et votre charité, comme dans les bras de notre Sainte Mère et de Notre Seigneur. sunny

Merci encore infiniment pour votre gentillesse et votre non-jugement. Qu'elle est belle, notre Eglise, qu'elle est douce à ses enfants.

Spe salvi facti sumus Smile
Revenir en haut Aller en bas
Séverine
Nouveau
Nouveau



LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeSam 12 Fév 2011 - 18:09

Je ne suis pas venue depuis longtemps. Je suis très malheureuse alors je ressors ce vieux sujet... Car c'est là que le bât blesse.

En deux mots, mon mari est violent, beaucoup de violences verbales, et des menaces physiques... Quelque part j'avais choisi de sauver ce qui pouvait l'être en essayant de l'apaiser pour éviter les conflits. Mais ça ne marche plus. Et là mon fils de 6 ans a assisté à une scène qu'il n'aurait pas dû voir et le vis très mal, il se renferme comme un autiste, fait le bébé... Je dois partir, pour eux, je suis dévastée, je ne sais que dire d'autre. Ma vie s'écroule. Je ne sais pas si je repasserai sur ce forum d'ici quelques temps, mon coeur est fermé tant ma tête est pleine.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeSam 12 Fév 2011 - 18:27

Chère Séverine,

Merci pour la confiance que vous nous accordez en venant témoigner de votre situation. Pour avoir oeuvré dans une maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants durant 6 ans, je connais très bien la dynamique morbide et le cycle infernal que la violence conjugale engendre.

L'Église admet dans un cas d'impossibilité de cohabitation (la violence conjugale en est un) la séparation des corps. Vous devez, pour l'amour de votre enfant, sortir de la situation... c'est hélas un moindre mal à choisir de vivre sans le père de l'enfant plutôt que l'enfant voit son père détruire sa mère. Il vous faut trouver de l'aide, une ressource pour vous protéger et protéger votre enfant. Le problème n'est pas vous soyez-en assurée. Tant que monsieur n'admet pas son problème de violence, le cycle continuera : explosion de violence, rémission, lune de miel, tension, explosion de violence, rémission, lune de miel, tension, etc...

Si vous avez besoin d'en discuter davantage n'hésitez pas, soit ici ou si vous préférez en privé.

Je prierai pour vous...

Fraternellement,
Hélène

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
lambic
Banni
Banni
lambic


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Prendre le taureau par les cornes   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeDim 13 Fév 2011 - 5:03

Séverine a écrit:
Et là mon fils de 6 ans a assisté à une scène qu'il n'aurait pas dû voir et le vis très mal, il se renferme comme un autiste, fait le bébé....

Ne serait-ce que pour votre fils, il faut absolument que vous régliez votre situation d'une manière ou d'une autre et vite . Un divorce sans remariage pour respecter -strictement- la doctrine catholique. Si vous n'avez pas d'occupation professionnelle, ce sera difficile sur le plan matériel, mais des associations de toutes sortes peuvent vous aider.
Revenir en haut Aller en bas
Cessounette
Martyr du forum
Martyr du forum
Cessounette


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeDim 13 Fév 2011 - 5:48

Chère, pauvre, douce Séverine, quel malheur que le vôtre ! Sad

Je seconde tous les précédents messages de soutien, et vous assure, à mon tour, de mes prières... Sad
Revenir en haut Aller en bas
DamienH
Martyr du forum
Martyr du forum
DamienH


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeDim 13 Fév 2011 - 12:34

Séverine,

bon courage à vous dans cette rude épreuve. De telles souffrances, et la présence dans la balance d'un enfant, sont des écartèlements abominables pour l'esprit, l'âme et le corps... et normalement, un couple devrait avoir exactement la fonction inverse : resserrer au lieu d'écarteler, adoucir au lieu de faire souffrir et protéger au lieu de porter le danger au sein de la famille.
Sachez juste que chacun doit porter sa part de travail dans une telle alliance. Un couple est fait des briques façonnées par chacun "avant" et offertes à la construction commune. Si votre mari n'a rien réglé en amont, et arrive avec de la colère et de la violence, ce n'est pas de votre faute. Certes, vous l'avez choisi, mais un adulte est responsable de son évolution et du nettoyage qu'il a à faire dans sa vie. Or, exposer une telle rage, un chantier intérieur si peu avancé, à un enfant de 6 ans, c'est irresponsable de la part d'un père, d'un mari, d'un homme.
Et ça devient vite inacceptable, surtout si ça s'aggrave, pour une mère, une épouse, une femme.
Mon soutien et mes prières vous accompagnent.

Amitiés in Christo,


Damien
Revenir en haut Aller en bas
Spe Salvi
Intime
Intime
Spe Salvi


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 4:47

DamienH a écrit:
ce n'est pas de votre faute.

J'aimerais, chère Séverine, que vous reteniez avant tout cela.
La violence, vous ne l'avez pas provoquée, vous ne l'avez pas désirée, vous n'y êtes pour rien.
Et vous avez le droit de la fuir, car si l'Église n'a pas encore arrêté de lois très précises pour chaque situation, celle de la violence, elle, est bien claire.

Ne vous souciez pas de votre statut : même le divorce est autorisé, ce qui ne l'est pas, c'est le remariage.
Et fuir pour sauver ses enfants, les protéger, c'est du courage, personne ne devrait jamais vous en blâmer, encore moins vous conseiller de rester.

Il est des situations où le Seigneur voit plus clair que les Hommes.

Soyez très prudente et protégez-vous, avec vos enfants.

Je vous embrasse très fraternellement, je vous soutiens à 100%.


Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 6:56

Je tiens à préciser que si j'ai parlé de séparation des corps, je n'ai pas parlé de divorce...


____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
Spe Salvi
Intime
Intime
Spe Salvi


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 9:12

Hélène a écrit:
Je tiens à préciser que si j'ai parlé de séparation des corps, je n'ai pas parlé de divorce...


Oui, vous faites bien de le préciser, chère Hélène, cherchant à faire "court", je n'ai pas, pour ma part, employé le bon terme. Le divorce est une démarche civile et officielle, mais la séparation laisse toujours la porte ouverte à celui qui, peut-être, se soignerait et se repentirait un jour.

Merci beaucoup pour cette précision et encore désolée d'avoir (une fois de plus, la psycho a la dent dure!) substitué "divorce" à "séparation".

La séparation des corps est bien préférable, c'est certain.
Revenir en haut Aller en bas
lambic
Banni
Banni
lambic


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: N'ayons pas peur du mot   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 9:22

Spe Salvi a écrit:


La séparation des corps
est bien préférable, c'est certain.


Ce n'est pas certain car c'est souvent une voie sans issue ou, alors, qui mène irrémédiablement au divorce.


Il ne faut pas avoir peur de ce mot, y compris même de le prononcer ou de l'écrire. Ce n'est quand même pas le diable ! Tout le monde peut se tromper.


En France actuellement, un divorce sur trois et même un sur deux en île de France...


Toutefois, hier même 13 février, ma femme et moi avons fêté nos 51 ans de mariage ininterrompu...
Revenir en haut Aller en bas
DamienH
Martyr du forum
Martyr du forum
DamienH


LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Fév 2011 - 14:24

Bravo! Quel beau score et quel beau message d'espoir! 51 ans, wow... la saint Valentin qui suit à 24h n'a qu'à bien se tenir!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




LE DIVORCE - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: LE DIVORCE   LE DIVORCE - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LE DIVORCE
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La Galilée quotidienne :: Famille-
Sauter vers: