Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réflexions sur l'athéisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: Réflexions sur l'athéisme   Ven 11 Oct 2013 - 5:21

Que pensez-vous des valeurs défendues par les athées ?

Elles n’ont pas de socle. En fait, on se rend compte que l’idée même d’une morale ne peut pas tenir la route s’il n’y a pas un être qui nous dépasse infiniment, et qui nous dise ce qui est bien et ce qui est mal. Ce qu’il y a de plus négatif, c’est que l’athéisme est bâti, non sur le sens, mais sur le non-sens. Quand on raisonne, on s’aperçoit que nous avons le choix entre le mystère et l’absurde. Dieu existe, c’est un mystère. S’il n’existe pas, nous sommes dans l’absurde à partir du moment où nous ne savons alors pas qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons. Dans ce cadre-là, l’existence n’a pas de but en soi. Nous serions le produit du hasard, sans plus.

Peut-on vivre sans croire à quelque chose ?

En fait, tout le monde croit en quelque chose, c’est certain. Le problème, c’est de croire en quelque chose sur lequel on peut bâtir son existence et répondre aux questions essentielles qui se posent à l’homme. Quand on réfléchit froidement, on se rend compte qu’après la mort, il y a trois possibilités qui nous attendent. Ou il n’y a rien, ou c’est pire qu’ici-bas, ou c’est mieux. Inévitablement, nous allons tomber dans une de ces trois possibilités. La question de savoir si nous aurons une éternité dans le néant, dans quelque chose de pire ou de mieux, ne semble hélas pas préoccuper beaucoup de personnes. J’en suis étonné et chagriné. Et je trouve surprenant, quand on a des enfants, que l’on ne se demande pas si, ces êtres que nous avons pris la responsabilité de faire naître, nous les retrouverons ou pas. C’est quand même fondamental.

Et selon vous, la religion chrétienne apporte des réponses crédibles à ces questionnements ?

La religion chrétienne, et catholique en particulier, apporte bien des réponses convaincantes. Nous ne venons pas du néant, nous sommes issus d’un être qui est l’existence, la vie et la pensée, et nous allons vers lui. Le christianisme prend en compte les questions les plus pertinentes que peut se poser un être humain.

La foi n’est-elle pas quelque chose de purement irrationnel, comme les athées le disent ?

Je connais l’argument. D’abord, des actes de foi, nous en faisons quotidiennement. Quand on prend sa voiture, nous n’avons pas la preuve ou l’assurance que nous n’aurons pas d’accident. Quelque part, il y a un acte de foi. Tout le monde fait des actes de foi sans même s’en rendre compte. L’argument des athées, c’est de dire que ce n’est pas à moi, athée, de prouver que Dieu n’existe pas, mais bien à vous, croyants, de prouver qu’il existe. Cet argument peut paraître logique à certains, mais on peut le retourner : si vous me dites que cette voiture n’a pas de constructeur, est-ce à moi de prouver qu’elle en a un ?

Les athées disent souhaiter un dialogue, par exemple avec les chrétiens, mais ils ne sentent pas la même volonté chez les croyants…

Il n’y a pas de raison de refuser le dialogue mais dans quelle mesure est-ce utile s’il s’agit de se mettre d’accord sur le plus petit dénominateur commun ? Pour arriver à quoi ? La mission du chrétien, c’est de convertir, comme le Christ l’a demandé à ses apôtres.

Les athées disent que pour les croyants, quels qu’ils soient, ils incarnent le diable. C’est comme cela que vous le ressentez ?

Il faut faire la distinction entre les personnes et les idées. Il y a un abîme entre elles. Toute personne est respectable, quelles que soient ses convictions mais toute idée n’est pas respectable. L’athéisme ne l’est pas à mon sens. Si quelqu’un me dit que Paris est la capitale de l’Australie, je le respecte en tant que personne, mais son affirmation, je ne la respecte pas. Quand on se pose la question de savoir d’où vient l’univers, ce qu’il y avait au point de départ, on constate que toute existence provient d’une autre existence. La question est de savoir d’où provient la toute première des existences. Si on dit qu’elle ne vient de rien, c’est absurde, car du néant, rien ne peut naître. Si on croit que la vie vient d’une coïncidence de particules, qui manifestement ne pensaient pas, comme en arrive-t-on alors à un être qui a la conscience d’être ?

Par le fondateur de la revue "Médiatrice et Reine"

http://www.lalibre.be/debats/ripostes/l-atheisme-est-il-une-valeur-positive-524e386c35703eef3a0e1a10


Dernière édition par boisvert le Sam 12 Oct 2013 - 4:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
gerardh
Apôtre
Apôtre



MessageSujet: Re: Réflexions sur l'athéisme   Ven 11 Oct 2013 - 10:20

_________

Bonjour,

Dans les Proverbes, nous lisons : "l'insensé a dit en son cœur : il n'y a pas de Dieu".


_________
Revenir en haut Aller en bas
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions sur l'athéisme   Ven 11 Oct 2013 - 12:30

Il y a également le Livre de la Sagesse qui "démonte" de façon remarquable le raisonnement de l'athée.

Je reprends ce texte en effectuant des "insertions de commentaires" :

Livre de la Sagesse, chapitre 2.

Tout d'abord, un constat, mais un constat faussé:

Versets 1 - 5 :
lls se sont dit, raisonnant de travers: «Il est court et triste le temps de notre vie, et, quand vient la fin d'un homme, il n'y a point de remède; on ne connaît personne qui délivre du séjour des morts.
Le hasard nous a amenés à l'existence, et, après cette vie, nous serons comme si nous n'avions jamais été; le souffle, dans nos narines, est une fumée, et la pensée, une étincelle qui jaillit au battement de notre cœur.
Qu'elle s'éteigne, notre corps tombera en cendres, et l'esprit se dissipera comme l'air léger.
Notre nom tombera dans l'oubli avec le temps, et personne ne se souviendra de nos œuvres. Notre vie passera comme une trace de nuée; elle se dissipera comme un brouillard, que chassent les rayons du soleil, et que la chaleur condense en pluie.
Notre vie est le passage d'une ombre; sa fin est sans retour, le sceau est apposé et nul ne revient.

Le raisonnement est effectivement de travers, il est faussé. Le temps de notre vie n'est ni court ni triste. En effet, tout homme en vie et en bonne santé ne songe que rarement à la brièveté du temps - et même, à l'inverse, il dira: certaines journées sont très longues. Quand à la tristesse de la vie, d'où vient qu'un simple rayon de soleil suffise à allumer des sourires sur tous les visages. D'où vient que l'on songe à se couper les cheveux et à changer de vêtements ?
D'où vient que les hommes rient si la vie est triste ? Par ailleurs, lorsqu'on dit que c'est le hasard qui nous a menés à l'existence... d'où vient, chez certains scientifiques, le besoin de prouver absolument que la vie est issue d'une multiplicité de coïncidences qui n'avaient chacune qu'une chance sur des milliards de se produire ? Einstein, du moins, a eu la franchise de leur rétorquer: "Dieu ne joue pas aux dés !"
Le reste me paraît de la littérature. Si l'auteur du texte y fait allusion, c'est qu'en effet, beaucoup d'athées apprécient l'abondance de mots, mais ces mots tournent en rond. Et je trouve surprenant que le hasard quasi-impossible qui a produit la vie, ne soit pas capable de la reproduire ensuite !

Versets 6 à 9
«Venez donc, jouissons des biens présents; usons des créatures avec l'ardeur de la jeunesse, enivrons-nous de vin précieux et de parfums, et ne laissons point passer la fleur du printemps. Couronnons-nous de boutons de roses avant qu'ils ne se flétrissent. Qu'aucun de nous ne manque à nos orgies, laissons partout des traces de nos réjouissances; car c'est là notre part, c'est là notre destinée."

Si la vie est aussi sombre qu'ils le prétendent, ils ne rechercheront pas la beauté, ils n'apprécieront pas les poètes, ils ne s'étonneront pas de la splendeur d'un soleil couchant, ils ne chercheront pas à produire des œuvres d'art, mais seuls compteront la jouissance et l'abus de la sensualité. Est-ce un raisonnement qui se tient ? Non, pas du tout, ce sont des slogans ! Non, pas du tout, ce sont des slogans – et tout le monde sait qu'un bon vin, même le meilleur, s'il est consommé à l'excès, rendra malade autant qu'un mauvais vin...

Versets 10 et 11
«Opprimons le juste qui est pauvre; n'épargnons pas la veuve, et n'ayons nul égard pour les cheveux blancs du vieillard chargé d'années. Que notre force soit la loi de la justice; ce qui est faible est jugé bon à rien."

Il ne faudrait certes pas oublier ces deux versets, car ils contiennent aussi bien l'esclavage des systèmes économiques fondés sur la rentabilité, l'injustice des prix payés, l'incitation au suicide assisté des personnes âgées. "Les puissants de ce monde font sentir leur pouvoir, mais qu'il n'en soit pas ainsi parmi vous", a dit Jésus. Il répondait ainsi à la loi des forts qui cherche l'élimination des faibles.

Versets 12 à 16
Traquons donc le juste, puisqu'il nous incommode qu'il est contraire à notre manière d'agir, qu'il nous reproche de violer la loi, et nous accuse de démentir notre éducation. Il prétend posséder la connaissance de Dieu, et se nomme fils du Seigneur. Il est pour nous la condamnation de nos pensées, sa vue seule nous est insupportable; car sa vie ne ressemble pas à celle des autres, et ses voies sont étranges. Dans sa pensée, nous sommes d'impures scories, il évite notre manière de vivre comme une souillure; il proclame heureux le sort des justes, et se vante d'avoir Dieu pour père.

Avec la perversion et l'injustice, voici que le démon se montre au milieu d'eux. Il ne joue que son rôle. Il a menti au premier verset, à présent il désigne l'ennemi. L'ennemi de Satan, c'est bien le Christ. Eh bien, pour les athées, l'ennemi de l'homme, c'est le chrétien. N'ayons aucun doute là-dessus: ils nous ont vu sortir d'une église, et cette vue leur a été insupportable. Pourquoi ? Parce que, à ce moment, il est impossible qu'ils n'aient pas entendu en eux-mêmes une voix qui leur a suggéré: "Tu devrais y aller, à l'église, rien que pour voir ce qu'il s'y passe et quel profit tu pourrais en retirer !" Dieu ne veut pas qu'ils se perdent et nous sommes tous des témoins, nous manifestons la Vérité !

Versets 17 à 20
Voyons donc si ce qu'il dit est vrai, et examinons ce qu'il lui arrivera au sortir de cette vie. Car si le juste est fils de Dieu, Dieu prendra sa défense, et le délivrera de la main de ses adversaires. Soumettons-le aux outrages et aux tourments, afin de connaître sa résignation, et de juger sa patience. Condamnons-le à une mort honteuse, car, selon qu'il le dit, Dieu aura souci de lui.

Ces versets sont prophétiques. Au pied de la croix, les pharisiens crieront encore les mêmes blasphèmes. En Luc: "Le peuple se tenait là et regardait. Quant aux chefs, ils raillaient (Jésus) en disant : Il a sauvé les autres ; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ élu de Dieu ! Les soldats aussi s'approchèrent pour se moquer de lui et lui présenter du vinaigre en disant : Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même !"

Versets 21 à 25
Telles sont leurs pensées, mais ils se trompent, leur malice les a aveuglés.
Ignorant les desseins secrets de Dieu, ils n'espèrent pas de rémunération pour la sainteté, et ils ne croient pas à la récompense des âmes pures.
Car Dieu a créé l'homme pour l'immortalité, et il l'a fait à l'image de sa propre nature.

Première conclusion: c'est bien la malice des hommes qui aveugle leurs raisonnements. Et se fondant sur un aveuglement, ils proclament que les malheurs qui accablent les hommes ne peuvent aucunement devenir pour eux une occasion de sainteté et la purification de l'âme. Dieu existe, et Dieu a bien créé l'homme pour l'immortalité, puis qu'Il l'a créé à son image et selon sa ressemblance !

Versets 24 et 25
C'est par l'envie du diable que la mort est venue dans le monde,
ils en feront l'expérience, ceux qui lui appartiennent.

Seconde conclusion: tout cela vient effectivement du diable. C'est ainsi que la mort est venue pour les hommes, mais la mort est le commencement pour ceux qui croient. Tandis que ceux qui nient Dieu, ils appartiennent vraiment à la mort et ils en feront l'expérience éternelle...
Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réflexions sur l'athéisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexions sur l'athéisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La sagesse de Salomon :: Sujets divers-
Sauter vers: