Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Dieu est Amour !

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Dieu est Amour ! Empty
MessageSujet: Dieu est Amour !   Dieu est Amour ! Icon_minitimeDim 15 Juil 2007 - 13:45

On parle de justice, de miséricorde, de pardon, de jugement de haine du malin mais d'AMOUR ? Et pourtant notre saint Père le Pape (merci Seigneur de nous avoir donné un tel Pape) nous la rappelé dans sa première encyclique.

Dieu est Amour ! Arton104-150x150

Citation :
Dieu est Amour !
Dieu est amour ! Benoît XVI a choisi de consacrer la première encyclique de son pontificat à ce thème. Pari risqué, tant cette affirmation peut sembler bien usée ou bien fade, aux croyants comme aux non-croyants ! Pari réussi pourtant : le pape nous montre que la découverte du Dieu Amour, loin de n’être qu’un développement théologique abstrait, nous conduit à faire le point de manière très concrète sur notre vie.
LE COMMANDEMENT D’AIMER

Aimer : un impératif de notre foi

Jésus lui-même fait de l’amour l’impératif essentiel de la foi de ses disciples : Au scribe qui l’interroge il répond que c’est le commandement le plus grand (cf Mc 12, 28-31). Au moment d’entrer dans sa Passion, il dira à ses apôtres que c’est aussi le plus neuf (cf Jn 13,34). Comme le scribe de l’Evangile, on a finalement peu de difficulté à admettre qu’aimer soit le commandement primordial. Mais en quoi ce commandement, si directement enraciné dans l’Ancien Testament dès le livre du Lévitique, est-il vraiment neuf ? Pour percevoir la nouveauté dont parle Jésus, il faut commencer par s’interroger sur la légitimité même d’un commandement à aimer : Il n’est certes pas question de réduite l’amour à un simple jeu de sentiments, mais celui-ci en est pourtant bien l’amorce nécessaire. Alors comment pourrions-nous « commander » l’amour ? Ce n’est donc pas d’un amour banal que parle Jésus, mais d’un amour d’un nouveau genre. En somme, ce n’est pas tant le commandement qui est neuf que l’amour lui-même ! Plus qu’un commandement, c’est une réponse que Jésus demande à ses disciples : réponse à l’amour qu’ils reçoivent de Dieu. Comme l’écrit Benoît XVI : « Le premier Dieu nous a aimés, et il continue à nous aimer le premier ; c’est pourquoi, nous aussi, nous pouvons répondre à l’Amour. Dieu ne nous prescrit pas un sentiment que nous ne pouvons pas susciter en nous-mêmes. Il nous aime, il nous fait voir son amour et nous pouvons l’éprouver, et à partir de cet amour premier de Dieu, en réponse, l’amour peut aussi jaillir en nous. » (DCE 17).

Qu’est-ce qu’aimer ?

Mais au fait, de quel amour parle-t-on ? L’amour, comme le rappelle Benoît XVI, a de multiples visages pratiques : il n’est qu’à considérer les nombreuses utilisations du mot « amour », et plus encore les multiples visages de l’amour dans chacune de ces utilisations : toute forme d’amour est à la fois passionnelle et rationnelle, physique et spirituelle, faite de désir et de don... Benoît XVI nous invite à considérer que tous ces visages n’en font qu’un. Il ne saurait donc être question d’opposer l’un à l’autre, mais plutôt de considérer l’amour comme un unique chemin qui passe tour à tour par ces différents visages, chemin de purification et d’élévation. Le pape esquisse le tracé de ce chemin. Il trouve son point de départ dans une recherche incertaine de soi-même, encore marquée par l’égoïsme, puis mûrit progressivement par l’expérience amoureuse. Celle-ci nous conduit en effet à la découverte de l’autre. L’amour devient ainsi toujours plus soin de l’autre et pour l’autre, jusqu’au renoncement et parfois même au sacrifice. Ainsi va l’amour, de la recherche inquiète de soi-même au don définitif à l’autre. L’amour est chemin, chemin d’extase : « Oui l’amour est extase, mais extase non pas dans le sens d’un moment d’ivresse, extase comme chemin, comme exode permanent allant du je enfermé sur lui-même vers sa libération dans le don de soi, et précisément ainsi vers la découverte de soi-même, plus encore vers la découverte de Dieu. » (DCE 6)

AIMER, CHEMIN D’EXTASE

Voici donc l’amour dont Dieu le premier nous a aimé. Et c’est ce même chemin d’extase sur lequel il nous attend en retour. Un tel chemin se traduira par des attitudes très concrètes, qui seront autant de signes de l’authenticité de notre vie chrétienne.

Aimer tout l’autre

On ne peut prétendre aimer sans avoir d’abord une attitude simplement « juste » envers l’autre, en lui donnant ce qui lui revient et ce dont il a besoin. Mais cela ne suffit pas ! En nous rappelant que « l’homme ne vit pas seulement de pain » (Mt 4.4), Jésus formule une loi fondamentale de l’amour en actes, qui peut s’appliquer à tous les domaines de la vie : qui pourrait prétendre par exemple qu’éduquer un enfant se résume à le nourrir ? Plus donc que construire un simple rapport de justice, aimer, écrit Benoît XVI, c’est « voir avec le cœur » (DCE 31) : Accueillir l’autre non pour ce qu’il a mais pour ce qu’il est, et même non pour ce qu’il est mais parce qu’il est, tout simplement, de manière gratuite et désintéressée.

Aimer au-delà de toute frontières

Aimer signifie tisser avec ceux que l’on aime des liens privilégiés. Mais il ne s’agira de l’amour dont Dieu nous aime que si ces liens, pour privilégiés qu’ils soient, ne sont pas exclusifs. La parabole du Bon Samaritain, au chapitre 10 de l’évangile de Luc, reste en la matière la norme et le critère absolu d’évaluation de l’amour authentique. C’est ce que Benoît XVI appelle la dimension « catholique » de l’amour (DCE 34) : l’amour est par nature ouverture à tous, et non esprit de clan à la manière des sectes.

Aimer au-delà du possible

Pour aimer il faut y mettre tout son cœur. Mais parfois cela ne suffit pas. Quels que soient les efforts entrepris et la volonté d’aboutir, l’amour butte souvent sur le découragement, le conflit insoluble, l’échec... C’est le moment, écrit le pape, d’accueillir le « don d’aimer » (DCE 35). « Humblement chacun fera ce qui lui est possible de faire, et humblement il confiera le reste au Seigneur. ». Benoît XVI souligne alors l’importance de la prière comme lieu même de l’amour en actes. La prière est essentielle pour puiser la force d’aimer, et pour aimer au-delà du possible : « même notre cri, comme sur les lèvres de Jésus sur la Croix, est la manière extrême et la plus profonde d’affirmer notre foi en sa puissance souveraine. » (DCE 38 ).

Sans doute pourrait-on développer encore d’autres attitudes concrètes qui soient signes de l’authentique amour. A chacun sa manière de s’engager à la suite du Christ, et d’être ainsi témoin de l’amour dont il se sait aimé : « L’amour est gratuit. Il n’est pas utilisé pour parvenir à d’autres fins. » Mais « l’Amour, dans sa pureté et dans sa gratuité, est le meilleur témoignage du Dieu auquel nous croyons et qui nous pousse à aimer ». « Par conséquent, la meilleure défense de Dieu et de l’Homme consiste justement dans l’Amour » (DCE 31)Benoît XVI nous invite à nous engager dans le chemin de l’amour : « Voilà à quoi je voudrais vous inviter : vivre l’amour et de cette manière faire entrer la lumière de Dieu dans le monde » (DCE 39).

Père Bruno VALENTIN

24 février 2006

http://www.cathojeunes78.org/Dieu-est-Amour
Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu est Amour !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La cathédrale :: Sur la foi-
Sauter vers: