Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut développer la foi de confiance absolue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
avatar


MessageSujet: Il faut développer la foi de confiance absolue.   Lun 3 Aoû 2015 - 5:22

Lundi de la 18° semaine du temps ordinaire

Livre des Nombres 11,4b-15.
En ces jours-là, dans le désert, les fils d’Israël se remirent à pleurer : « Ah ! qui donc nous donnera de la viande à manger ? Nous nous rappelons encore le poisson que nous mangions pour rien en Égypte, et les concombres, les melons, les poireaux, les oignons et l’ail !
Maintenant notre gorge est desséchée ; nous ne voyons jamais rien que de la manne ! »
La manne était comme des grains de coriandre, elle ressemblait à de l’ambre jaune.
Le peuple se dispersait pour la recueillir ; puis on la broyait sous la meule, ou on l’écrasait au pilon ; enfin on la cuisait dans la marmite et on en faisait des galettes. Elle avait le goût d’une friandise à l’huile.
Lorsque, pendant la nuit, la rosée descendait sur le camp, la manne descendait sur elle.
Moïse entendit pleurer le peuple, groupé par clans, chacun à l’entrée de sa tente.
Le Seigneur s’enflamma d’une grande colère. Cela déplut à Moïse, et il dit au Seigneur : « Pourquoi traiter si mal ton serviteur ? Pourquoi n’ai-je pas trouvé grâce à tes yeux que tu m’aies imposé le fardeau de tout ce peuple ?
Est-ce moi qui ai conçu tout ce peuple, est-ce moi qui l’ai enfanté, pour que tu me dises : “Comme on porte un nourrisson, porte ce peuple dans tes bras jusqu’au pays que j’ai juré de donner à tes pères” ?
Où puis-je trouver de la viande pour en donner à tout ce peuple, quand ils viennent pleurer près de moi en disant : “Donne-nous de la viande à manger” ?
Je ne puis, à moi seul, porter tout ce peuple : c’est trop lourd pour moi.Si c’est ainsi que tu me traites, tue-moi donc ; oui, tue-moi, si j’ai trouvé grâce à tes yeux. Que je ne voie pas mon malheur ! »



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 14,13-21.
En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades.
Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »
Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
Jésus dit : « Apportez-les moi. »
Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.
Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins.
Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.


Textes de l’Évangile au quotidien

Malgré le don d'une loi qui fait du peuple juif une nation différente de toutes les autres, Israël va commencer de récriminer contre Dieu et cela ne cessera plus. Pourquoi ? Car ils n'ont pas saisi - comme Noé, comme Abraham et comme Moïse, comme Élie, Isaïe et tous prophètes... la foi de confiance, la grâce et l'amour de Dieu comme mode de relation. Ils continuent donc de raisonner de façon terrestre ("matérialiste et raisonnable", dirait-on de nos jours. Mais ils établissent des comparaisons avec les autres peuples dont ils sont envieux. Dans le cas présent, les juifs ne se souviennent pas des multiples brimades subies en Égypte, mais bien de la ration minimale de viande que l'on donne à des esclaves pour qu'ils sachent continuer à travailler ! Et Dieu sait combien nous-mêmes sommes prompts à nous dire : "je prie, mais mes prières ne sont pas exaucées" - mais la plupart du temps, ce que nous demandons à Dieu, nous ne saurions pas le porter !

Mais l’Évangile de ce jour nous montre une toute autre attitude envers Dieu. Les foules se sont attachées à Jésus, elles le suivent partout où il va, ne se souciant d'aucune question de "logistique". Elles ont perçu certaines paroles du Seigneur, elles en ont été bouleversées et elles se sont mise en route pour le suivre. Elles sont à ce point convaincues qu'elles ne se soucient plus du nécessaire. Elles réagissent exactement à l'inverse des anciens esclaves décrits dans la première lecture.

Quelle conclusion en tirer ? En notre époque, qui voit se produire de grands bouleversements, notre prêtre nous a inviter à poser des actes de foi de confiance devant les événements (dans la vie privée comme dans la "sphère publique"..
Pour résumer : ayons conscience que nous sommes le peuple que Dieu a libéré de la tyrannie des idéologies, ayons confiance dans l'amour dont nous sommes aimés et qui dépasse tout ce que nous pourrions imaginer. Car quiconque place sa confiance en Dieu n'éprouve plus aucune crainte.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
 
Il faut développer la foi de confiance absolue.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La cathédrale :: Écoute, mon fils, les préceptes du Maître-
Sauter vers: