Ephata - forum

Forum Catholique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 film INTO THE WILD

Aller en bas 
AuteurMessage
BELLARMIN
Prêtre
Prêtre
BELLARMIN


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeDim 1 Juin 2008 - 11:00

Un film à voir absolument! Il devrait sortir en DVD cet été! J'ai de la chance, le cinéma de chez moi le repasse en ce moment!

INTO THE WILD, ma chronique
Le dernier film de Sean Penn (USA) est un bouleversant Road Movie (film de voyage) qui conduit pendant presque 2h30 le spectateur Into the wild, c’est-à-dire dans l’immensité sauvage de la nature américaine : de la Géorgie jusqu’en Alaska. Cette magnifique fresque nous touche d’autant plus qu’il s’agit d’une histoire authentique (cf. le livre de Krakauer, Into the wild) : celle d’un brillant jeune homme de 22 ans, Chris McCandless. Si le voyage extérieur est un régal pour nos yeux émerveillés, le voyage intérieur de Chris, sa quête spirituelle, constitue une solide nourriture pour notre réflexion. Chris change de nom et devient Alexander Supertramp, pas seulement pour échapper à ses parents mais aussi pour signifier son initiation à une vie nouvelle. Ce double voyage extérieur et intérieur nous renvoie aux questions fondamentales de toute vie humaine : le bonheur, l’authenticité, les relations humaines, Dieu etc. Chris, un saint François d’Assise laïc, prend des moyens extrêmes pour trouver quelques lumières sur le sens de son existence, pour se trouver lui-même. Sa quête prendra une tournure dramatique mais débouchera aussi dans une lumière qui ne peut que nous rappeler celle de l’amour de Dieu. Chris est un traumatisé, un être hyper sensible, un pur, un idéaliste, un généreux. Son histoire nous redit l’importance pour un jeune d’avoir une famille équilibrée. Fuyant son père et sa mère, son passé, et l’avenir trop prévisible que l’on voulait pour lui, c’est sur les routes, dans la solitude comme dans les rencontres, que Chris va pressentir la présence d’un autre Père… Même s’il a quelques problèmes avec la religion ! Rarement j’ai « entendu » un tel silence pendant les dernières minutes d’un film et à la sortie de la salle… On ne sort pas indemne de cette aventure existentielle. Je terminerai en citant un extrait de la chronique d’Utopia : « Beau et ample… Into the wild est un chant d’amour à la liberté, au non conformisme, à l’audace des rêveurs, à leur force intérieure, leur grandeur d’âme, la pureté de leur cœur… Exaltant ! »

Site officiel: http://www.intothewild.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/padrebob
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeDim 1 Juin 2008 - 13:32

Bonjour mon père et bienvenue sur Ephata. Ça semble effectivement un beau film. J'aime beaucoup Sean Penn.

J'ai visité votre blog... décapant ! afro

Si vous aimeriez ouvrir un nouveau fil pour parler de votre apostolat, ça serait intéressant. Vous semblez oeuvrer auprès des jeunes. Si vous voulez nous en dire plus et comment vous avez été conduit à oeuvrer vers ce genre d'apostolat.

Union de prière,
Hélène

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
boisvert


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 13:02

Je suis occupé de visionner ce film. Je n'ai pas encore perçu chez le jeune homme autre chose que la fuite d'un monde hypocrite où tout est travesti et menteur. Sa démarche est belle et me rappelle mon propre besoin de vérité, le jour où j'ai dit, un certain mois d'août 1985: "Je veux savoir pourquoi l'homme est malheureux. Je ne ferai plus rien avant de savoir pourquoi". C'est vrai que j'étais prêt à tout, mais le Seigneur est si vite descendu à ma rencontre ! Sans le savoir, j'étais comme un fruit mûr prêt à être cueilli. Mais la souffrance du jeune homme dans ce film ... Il faut d'abord que je finisse de le visionner, j'y reviendrai ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 13:57

J'ai toujours voulu regarder ce film... je n'ai pas encore eu l'occasion. Avec vos derniers messages, je crois que je vais m'y mettre bientôt. Smile

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
rachel
Suspendu
Suspendu



film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 17:42

Moi non plus je n'ai pas encore vu le film. J'ai vu le livre en librairie..
Revenir en haut Aller en bas
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
boisvert


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeLun 2 Avr 2012 - 6:02

J'ai fini de visionner le film... Je reste perplexe quant à la qualité du message. Les images sont superbes, les personnages jeunes ou vieux sont beaux eu aussi. Cependant, cette histoire - fondée sur des événements réels, m'a ramené à moi-même. A la fin du film, comme il va mourir, le jeune homme laisse ce message : "Le bonheur ne vaut vraiment que partagé". Mais a-t-il trouvé Dieu avant de mourir ? Il me semble qu'il s'est farci d'un peu trop de lectures "héroïques" durant son adolescence: Jack London, c'est bien, mais ce sont d'abord des romans ! La nature, c'est merveilleux, mais l'Alaska c'est dangereux en hiver !

Plus profondément, je crois que le héros de cette histoire est un écorché vif, comme je l'ai été moi-même et le suis toujours un peu. Je me répète sans doute, mais dans les derniers jours qui ont précédé ma conversion, j'ai effectué la même démarche que lui: j'ai tout "plaqué", laissé en plan, peu importait mais il fallait que je trouve la vérité !

Cette histoire n'aurait jamais été vécue si le père de ce garçon lui avait dit la vérité "entre quatre-z-yeux" : "Fiston, je dois te le dire et je te demande pardon. Je t'aime comme mon fils, mais ta vraie mère s'appelle Unetelle et elle habite à tel endroit." Un aveu difficile mais qu'il aurait dû faire. Au lieu de cela, Chris a découvert par lui-même la vérité, et au moment de l'adolescence. Qui dira quel dégât ce mensonge a causé en lui ? Pas étonnant qu'il ait refusé une nouvelle voiture, qu'il ait tout plaqué, qu'il soit allé jusqu'à découper sa carte d'identité, puis brûler ses derniers dollars... ce sont des actes de révolte absolue.

Oh, la révolte, çà donne des forces pour accomplir un tas de choses ! Encore une fois, l'histoire de Chris me rejoint quand, après mon temps obligatoire de soldat en Allemagne (c'était encore la guerre froide), j'ai tout plaqué pour aller rencontrer une correspondante américaine - elle s'appelait Lisa. Je ne l'avais jamais vue, je n'avais d'elle que du courrier papier et une petite photo d'un appareil public qu'on trouve dans les gares. Là-bas, sous le chaud soleil de la Caroline du Sud, j'ai bien failli devenir papa... Mais ce qui se passait en moi, c'est que je ne voulais pas entamer une carrière comme les autres. Je me disais: ils sont fous, ils prennent la navette le matin et le soir, et toute la journée ils s'enferment dans des bureaux et font gagner de l'argent à leur patron... sans eux-mêmes en profiter ! En effet, comme j'avais beaucoup emprunté cette navette vers la capitale pour trouver du boulot, j'avais remarqué en revenant le soir que les "vieux" tapaient le carton (jouaient aux cartes) dans le train... et çà me travaillait, je me disais: ce n'est que çà la vie ?

En partant pour les USA, en 1979, j'ai pris le plus grand risque que j'avais pris jusque là. A l'armée aussi, c'était un peu risqué, mais là, c'est moi qui avais choisi. Et ce n'était pas vraiment un choix, mais je disais m... au monde entier. "Ma vie c'est ma vie, je ne vais pas la laisser se ronger au fil des ans et des habitudes de la routine quotidienne !" Et Dieu merci, ce n'est pas arrivé. En devenant mon propre patron, avec les risques que cela comporte, j'ai quitté le chemin traditionnel et je me suis senti vivre. Naturellement, j'ai été malheureux, mais jamais au point de songer à des aventures "extrêmes".

Au bilan ? Ah, bien, je prie pour l'âme de cet homme dont je viens de découvrir la tragédie... Car pour moi, cette histoire est une tragédie, quel que soit la beauté des paysages et la narration de la grande aventure.

Je ne pensais pas m'étendre longuement et pourtant ! Cela veut dire que ce film vaut le coup d'être vu !

Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
boisvert


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeLun 2 Avr 2012 - 6:06

Je fais un copier/coller de mon premier message à propos de cette histoire:



Au début, je n'y ai vu qu'une sorte d'apologie de la vie aventureuse, mais j'ai changé d'opinion lorsque j'ai compris que le jeune homme réagissait en fait contre l'hypocrisie du milieu dans lequeil il avait grandi.

Extraits d'une étude sur Wikipedia:

Christopher McCandless est le fils de Walt McCandless (né en 1936) et de Wilhelmina Johnson (née en 1945). Son père est né à Greeley, dans le Colorado et devient ingénieur en physique ; d’un premier mariage, il a quatre enfants, puis se remarie en 1967. Deux enfants (Christopher et Carine) naissent de ce second mariage. Il s’installe à Annandale, dans la baie de Chesapeake.

D’après Jon Krakauer, la personnalité de Chris McCandless était particulièrement complexe : il avait un sens aigu de son domaine privé, mais pouvait se montrer convivial ou extrêmement sociable ; il mesurait également les gens à l’aide d’un code moral particulièrement rigoureux.

Ses relations avec ses parents se détériorèrent le jour où il apprit les circonstances du mariage de ses parents. En effet, Walt ne se sépara de sa première femme qu'après avoir eu un autre fils (Quinn McCandless) peu après la naissance de Chris. Suite à cette naissance, Walt divorça tout en dédaignant ce fils et se maria ensuite avec Wilhelmina. Ce qui explique la colère de Chris. Son esprit se tournait vers l'idéalisme et le panthéisme. Rejetant la société moderne de consommation, il avait un certain dégoût de l'être humain qui le poussa à s'isoler. Jeune, il dévorait les livres de Henry David Thoreau, d'Emerson, de Jack London ainsi que ceux de Leon Tolstoï et partageait les idées philosophiques de ces auteurs.

En 1986, Chris McCandless obtient son diplôme du lycée Woodson. À cette époque, il part pendant plusieurs semaines vers l’Arizona, via la Virginie et le Texas. Il entre ensuite à l'Université Emory.

Il obtient son diplôme d'université en 1990 et quitte sa famille peu après.

Christopher McCandless quitte Atlanta en juillet 1990. Ses pérégrinations le mèneront tout au long du sud des États-Unis, à travers la Géorgie, la Louisiane, le Texas, le Nouveau-Mexique, l'Arizona, la Californie, l'Oregon, le Montana puis, via le Canada, l'Alaska.

Chris McCandless atteint Detrital Wash le 6 juillet 1990. Il gare sa voiture au fond du lit asséché de la rivière mais se trouve brusquement chassé par un orage, qui lui laisse juste le temps de se réfugier sur les berges, tandis que la voiture est noyée par l’eau. Il abandonne le véhicule et poursuit sa route à pied.

Chris McCandless quitte Detrital Wash le 10 juillet 1990 et se rend dans la Sierra Nevada, où il travaille dans un ranch avant de partir pour Arcata (Californie). Il remonte la côte du Pacifique en direction de l’Oregon. Le 10 août, il reçoit une amende pour avoir fait de l’auto-stop près de Willow Creek : par inadvertance, il donne l’adresse de ses parents, qui reçurent l’amende non payée à la fin du mois.

Chris McCandless redescend ensuite vers l’Arizona et parvient, le 28 octobre 1990, à Topock. Il explore la région de la rivière Colorado et entre au Mexique ; arrêté tandis qu’il tente de rentrer aux États-Unis sans papiers d’identité, il passe une nuit en prison le 18 janvier 1991. Le 3 février 1991, il arrive à Los Angeles pour obtenir une nouvelle carte d’identité. Pendant plusieurs semaines, il vit dans les rues avec les clochards, les vagabonds et les ivrognes. En mai 1991, il s’installe à Bullhead City, où il trouve un emploi comme serveur chez Mc Donald's, qu’il quitte cependant au bout de trois semaines.

Il arrive plus tard au bord de la Salton Sea, océan miniature situé au sud de Las Vegas et créé par un accident technique survenu au cours des années 1900. Il y vécut pendant plusieurs semaines au milieu des vagabonds, puis quitta la région pour San Diego.

En mars 1992, Chris McCandless arrive au Dakota du Sud, à Carthage, où il travaille dans un ranch afin de faire des économies et de partir en Alaska.

Il quitte le Dakota du Sud le 15 avril 1992 et arrive en Alaska 6 jours plus tard. Il est alors pris en auto-stop par Gaylord Stuckey, qui l’emmène à Fairbanks où ils arrivent le 25 avril. Chris McCandless part alors vers le sud, en direction de la piste Stampede où il arrive deux jours plus tard.

La piste Stampede a été tracée dans les années 1930 par un mineur nommé Earl Pilgrim et conduit à des concessions d’antimoine, situées à 60 km de la ville de Healy. La piste subsiste toujours, malgré l’abandon de la mine ; elle est exclue du parc national Denali et traverse la rivière Teklanika. En 1961, elle fut partiellement transformée en route : la compagnie Yukan, chargée de réaliser les travaux, acquit alors trois vieux autobus hors d’usage qu’elle transforma en logement sommaire ; lorsque les travaux furent arrêtés, deux des autobus furent rapatriés mais l’un d’eux demeura sur place, à 40 km à l’ouest de Healy

(sur Google Earth, taper: stampede trail Magic bus Alaska)

C’est dans cet autobus que Chris McCandless s’installe le 1er mai 1992 ; il y passe près de quatre mois, les derniers de sa vie (112 jours de survie dans une nature sauvage), se nourrissant essentiellement, outre de petits animaux qu'il chassait à la carabine, de racines de pomme de terre sauvage. Il y meurt de malnutrition mais aussi du fait qu'il était très mal préparé à cette expérience dans des conditions extrêmes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_McCandless
Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeSam 6 Oct 2012 - 10:05

J'ai finalement vu ce film hier soir... c'est d'une tristesse sans nom. Quelle fin de vie absurde alors qu'il cherchait à vivre. Je n'avais pas réalisé qu'il s'agissait d'une histoire basée sur des faits vécus (mais romancée par Penn) jusqu'à ce que je vois les mots de la fin et la photo du jeune homme. Le film ne dit pas s'il a découvert Dieu mais je crois que oui. Parce que justement, s'il réalise que le bonheur n'est vrai que si partagé, c'est là qu'il se rend compte (un peu trop tard) que la vie, quelle qu'elle soit, vaut toujours la peine d'être vécue, malgré nos blessures. J'y vois quand même l'espoir, dans ce regard vers le ciel et le sourire qu'il affiche sur son visage défait par la maladie et la famine. Comme s'il avait vraiment trouvé l'Autre... son Père, Celui qui lui donne son identité, la vraie.

Quand j'ai vu sa vraie photo, j'étais comme figée, bouleversée.


____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
Hélène
Administrateur
Administrateur
Hélène


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeSam 6 Oct 2012 - 10:07

Cette rencontre avec le vieillard est aussi comme un signe concret de la figure paternelle pour lui. Malgré qu'il décide de ne pas rester avec lui, ils partagent des moments très beaux qu'il n'a jamais partagé avec son père.

____________________
"Ausculta", écoute : "Inclina aurem cordis tui", incline l'oreille de ton coeur...(Premières paroles du Prologue de la Règle de saint Benoît)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fsjinfo.net
boisvert
Martyr du forum
Martyr du forum
boisvert


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeSam 6 Oct 2012 - 11:46

C'est vrai que ce film touche et bouleverse. D'un côté, il y a l'hypocrisie du langage du monde, qui voudrait faire croire que tout est possible, que tout peut se vivre sans que cela pose problème. De l'autre, le chagrin, le silence insupportable, le malheur. Dans son chagrin, le jeune a choisi l'évasion, l'aventure au sens absolu : une aventure au cours de laquelle il n'eût pas pris de grands risques, ne l'eût pas satisfait non plus. Mais le choix de l'Alaska en hiver, complètement seul, avec de mauvais repères et un manque de formation... ce choix-là était suicidaire. Je ne dis pas qu'il a cherché à mourir, mais qu'il a cherché une forme de dépassement de soi qui l'obligerait à frôler la mort. Nous ne savons rien de ce qui s'est passé au cours de son agonie. Ce dont je suis certain, c'était que Jésus était fort proche de ce garçon.

Après tout : "Je suis né et venu dans le monde pour témoigner de la vérité - quiconque cherche la vérité entend ma voix"...
Revenir en haut Aller en bas
http://aveclepere.forumactif.com/act?u=1&ak=6db2a967
pascal
Disciple
Disciple
pascal


film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitimeDim 7 Oct 2012 - 7:11

J'ai également beaucoup aimé ce film. Pas de temps morts, des paysages superbes et magnifiquement filmés, une B.O que j'aime également beaucoup, et cette histoire si forte et profonde.
Je te rejoins tout à fait boisvert sur ton dernier commentaire, particulièrement tes trois dernières phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




film INTO THE WILD Empty
MessageSujet: Re: film INTO THE WILD   film INTO THE WILD Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
film INTO THE WILD
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ephata - forum :: La Galilée quotidienne :: Arts, littérature, cinéma, musique-
Sauter vers: